David Elms, responsable Solutions alternatives diversifiées de Janus Henderson, se projette en 2022 et étudie le potentiel que représenterait une exposition à des stratégies véritablement diversifiées après une année de sommets historiques sur le marché.

Principaux points à retenir : 

  • Les marchés ont été le théâtre d’intenses spéculations, pourtant la diversification n’a semblé être le choix que des intervenants les plus frileux.
  • Á l’aube de l’année 2022, l'inflation et les taux d'intérêt sont, à nos yeux, deux facteurs qui seraient, à terme, susceptibles d’entraîner une revalorisation des actifs risqués.
  • Les actifs alternatifs offrent une perspective fondamentalement différente de celle des stratégies plus traditionnelles construites à partir d’actions ou d’obligations. C’est de cette différence que naissent les meilleures opportunités pour la classe d’actifs.

Quels sont pour vous les thèmes pertinents pour les investissements alternatifs en 2022 ?

Si je devais aller me battre, j'aimerais que ce marché soit à mes côtés. Il a résisté à l'épreuve des balles, quelles qu’elles soient. Que penser des valorisations record ?  Nous sommes au cœur d’un nouveau paradigme, d’une révolution industrielle moderne qui sous-tendra une croissance spectaculaire des bénéfices. Et l’inflation ? Elle est temporaire et portée par l'offre ; les taux d'intérêt resteront indéfiniment bas. Qu’en est-il du positionnement géopolitique vis-à-vis de Taïwan et de l'Ukraine ? De la dette gouvernementale ? Des nouveaux variants du COVID ? Le Bitcoin vaut-il 1 000 milliards de dollars américains... ?

Les questions qui figurent dans l'arsenal de ceux qui pensent que le marché devrait corriger sont en effet suffisamment nombreuses pour justifier un temps de réflexion. Pourtant, les marchés ont continué leur progression et poursuivi leur ascension, à peine marqués par les combats, les investisseurs étant apparemment accoutumés au risque et déterminés dans leurs décisions d'allocation. Á l’heure où j’écris ces lignes, l'indice S&P 500 a enregistré des plus-hauts historiques de clôture pendant plus de 70 jours depuis le début de l’année. Les marchés ont été le théâtre d’intenses spéculations, pourtant la diversification n’a semblé être le choix que des intervenants les plus frileux.

Y a-t-il une faille dans l'armure ? 

Nous avons indubitablement été surpris par la solidité des marchés actions en 2021, l'optimisme du marché ayant parfois été à toute épreuve. Difficile donc de répondre à ce qui pourrait fondamentalement arrêter cette formidable machine de guerre. À l'aube de l’année 2022, le risque d'erreur politique des banques centrales nous semble être l'obstacle le plus important à la fois pour les marchés actions et de crédit. La duration de certaines parties du marché actions est si tendue, que toute hausse des taux d'intérêt, même légère, suffirait à avoir un impact significatif sur les valorisations. De même, alors que les spreads de crédit (la différence de rendement entre les obligations d'État et d'autres obligations de moindre qualité) restent à des niveaux historiquement bas (signe que les investisseurs ne sont pas véritablement récompensés pour le risque supplémentaire qu’ils endossent), des brèches commencent à apparaître à mesure que certains pays tentent de freiner les mesures de relance.

Les ingrédients de base sont réunis pour soutenir la demande à long terme des stratégies alternatives qui proposent des moteurs de performance diversifiés tout en étant peu corrélées aux actions ou aux obligations. Tant que les taux réels resteront négatifs, l'attrait pour les actifs risqués pourrait rester important. Plus récemment, l'émergence du nouveau variant de la COVID, « Omicron », a suscité certaines incertitudes. La situation évoluera, mais pourrait-elle se traduire par une nouvelle série de mesures de relance ?

Dans quel segment se trouvent, à votre avis, les meilleures opportunités pour les actifs alternatifs ?

Les actifs alternatifs offrent une perspective fondamentalement différente de celle des stratégies plus traditionnelles construites à partir d’actions ou d’obligations. C’est de cette différence que naissent les meilleures opportunités pour la classe d’actifs. Aujourd'hui, l'inflation et les taux d'intérêt sont, à nos yeux, deux facteurs qui seraient susceptibles d’entamer la confiance des investisseurs et d’entraîner un changement de comportement de leur part. Bien que nous ayons assisté à plusieurs faux départs de ce point de vue en 2021, ces deux facteurs demeurent source de vulnérabilité à l'approche de 2022.

En définitive, le comportement des marchés est un phénomène sociologique, qui peut s’avérer très difficile à anticiper. Chercher à planifier le retournement du marché est un exercice extrêmement ardu, qui met, selon nous, en évidence la nécessité de mettre en place une approche à plusieurs niveaux pour construire un portefeuille équilibré. Lorsqu’une équipe dédiée travaille sur les actifs alternatifs, la diversité des approches différenciées lui permet une grande adaptabilité. Le fait de renforcer ces capacités vous offre davantage d'outils dans votre démarche d’adaptation et vous aide à repenser les stratégies.

Si vous pouviez résumer l'environnement actuel du marché en un seul graphique ?

article-image_Alternatives-2022-has-the-bull-gone-far-enough_chart01_FR

Source : Janus Henderson, Refiniv, du 31 décembre 1999 au 29 octobre 2021. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Que faut-il retenir pour 2022 ? Recycler les performances excessives...

Compte tenu de la dynamique actuelle du marché, de nombreux investisseurs ont obtenu des performances excédentaires en ayant investi dans des actifs risqués, et le réinvestissement d'une partie de celles-ci dans des stratégies de diversification pourrait représenter le pilier fondamental d'une bonne gestion. En effet, nous constatons une demande croissante pour les actifs alternatifs qui font preuve d'une faible sensibilité aux actifs risqués.

La diversification a toujours été au centre de nos préoccupations, celle-ci ne se limitant pas à une simple répartition par classe d’actifs, mais visant une véritable diversification des moteurs de performance sous-jacents.  Nous voyons des opportunités de solutions d’investissement évolutives permettant une allocation entre différentes stratégies, le déploiement ou le retrait des capitaux en fonction de l’évolution des conditions du marché, ou encore des opportunités d’investissement spécifiques sur des segments de marché plus ou moins encombrés.

Nous pensons que les investisseurs ont de bonnes raisons de faire davantage de place aux solutions alternatives dans leurs portefeuilles. Mais en définitive, c’est l’expérience du client qui compte, ainsi, si vous êtes en mesure de lui offrir des performances attractives, ajustées du risque, avec des moteurs de performance peu ou pas corrélés aux actions, aux obligations ou aux fonds spéculatifs, alors vous lui serez sans doute bien plus utile dans un environnement de marché qui serait plus volatil et où l’incertitude dominerait.