Tom Ross, gérant de portefeuille Crédit, évoque la situation du marché du haut rendement. Il s’intéresse entre autres aux perspectives en matière de défaillances, à l’importance des mesures de relance monétaire et budgétaire et à la question de savoir si le haut rendement peut tolérer l’inflation.

  Principaux points à retenir

  • Les spreads de crédit du haut rendement sont plus écartés qu’au début de l’année, ce qui indique que les prévisions de défaillances sont plus élevées, bien que le taux de défaillance soit moins important que ce que le marché craignait en mars.
  • La politique monétaire a un impact positif triple sur le haut rendement grâce au soutien direct des achats d’obligations d’entreprises par les banques centrales, à la mise à disposition de liquidités abondantes permettant aux entreprises de se refinancer et aux faibles taux d’intérêt qui alimentent la quête de rendement.
  • Une hausse de l’inflation serait moins préoccupante pour le haut rendement, car les spreads de crédit offrent une certaine protection contre la hausse des rendements des obligations d’État, tandis que la hausse des prix peut s’avérer bénéfique pour les revenus des entreprises.

Notes

Performances : l’indice ICE Global High Yield Bond Total Return a enregistré une performance de -0,3 % au cours des neuf premiers mois de 2020. Source : Bloomberg, du mardi 31 décembre 2019 au mercredi 30 septembre 2020 en USD. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. 

Spreads de crédit : différence de rendement entre une obligation d’entreprise et un emprunt d’État de même échéance. Le spread to worst de l’indice ICE Global High Yield Bond Total Return était de 558 points de base au 30 septembre 2020, contre 382 points de base au 31 décembre 2019 (Source : Bloomberg, au mercredi 30 septembre 2020). Si une obligation possède des caractéristiques spécifiques, telles qu’une option de remboursement anticipé (à savoir que l’émetteur peut rembourser l’obligation à une date prédéterminée), le yield to worst est le rendement le plus bas que peut obtenir une obligation sans que l’émetteur ne fasse défaut.

Confiance des ménages : la confiance des ménages américains, telle que mesurée par l’indice de confiance des ménages du Conference Board, est tombée à son plus bas sur l’année en avril 2020 avec 85,7, contre 25,3 en avril 2009 (son point bas durant la crise financière de 2008). La confiance des ménages en avril 2020 s’avère donc plus élevée que lors des points bas de toutes les crises des cinquante dernières années. Source : Refinitiv Datastream, indice de confiance des ménages du Conference Board, 30 septembre 2020.

Inflation : si l’on prend les États-Unis comme référence globale, on peut comparer les obligations américaines à haut rendement, les obligations d’entreprises américaines de qualité investment grade et les bons du Trésor américain pour faire ressortir les périodes où l’inflation est passée d’un point bas à un point haut ainsi que les performances totales de ces trois marchés obligataires au cours de la période. La catégorie haut rendement réalise la meilleure performance totale et se classe première (chiffres surlignés) sur la plupart des périodes.

Taux d’inflation américain et performances totales des indices obligataires américains en périodes de hausse de l’inflation

Périodes de hausse de l’inflation du plus bas au plus haut  Point bas de l'inflation   Point haut de l'inflation% Haut rendement % Investment grade % Bons du Trésor américain %
31/05/1994 - 31/12/1996 2.29 3.32 37.1 26.9 22.2
31/03/1998 - 30/06/2000 1.38 3.73 1.5 7.3 11.4
30/06/2002 - 31/03/2003 1.07 3.02 11.1 10.8 8.8
28/02/2004 - 30/06/2006 1.69 4.32 15.7 3.6 3.0
31/08/2007 - 31/08/2008 1.97 5.37 -1.4 1.5 8.6
31/10/2009 - 30/09/2011 -0.18 3.87 18.0 16.1 13.7
31/10/2015 - 31/07/2018 0.17 2.95 21.7 8.9 1.4

Source : Refinitiv Datastream, du 31 décembre 1993 au 30 septembre 2020, taux d’inflation annuel de l’indice US All Urban Consumer Price, performance totale en dollars US des indices ICE BofA US High Yield, ICE BofA US Corporate et ICE BofA US Treasury. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.