Dans le premier article d'une série dédiée au design durable, Ama Seery, analyste Développement durable au sein de l'équipe Global Sustainable Equity, décompose ce concept et explique comment l'équipe l’intègre dans son approche d'investissement.

  Principaux points à retenir :

  • Le design est un terme aux multiples facettes qui façonne le monde dans lequel nous vivons. Le design durable est lié aux enjeux environnementaux et sociaux et contribue au développement durable.
  • La stratégie Global Sustainable Equity repose sur une conviction : le design en continu et le développement sont la clé de la transition vers une économie durable.
  • Les entreprises devront adapter et transformer leurs modèles économiques pour répondre à la demande croissante en produits durables.

Qu'est-ce que le design ? Difficile de répondre à cette question car elle est très complexe. Le terme ne se limite pas à l'esthétique. Il est utilisé pour décrire des objets, des systèmes et des processus. Il sert à façonner nos manières de communiquer et de vivre. Il est lié à l'identité des personnes, des organisations et des pays. Le sujet est trop vaste pour être abordé dans un seul article. Voici donc le premier article d'une longue série que nous allons consacrer au sujet du design durable, sous tous ses angles.

Selon John Heskett, chercheur et conférencier sur la valeur économique, politique, culturelle et humaine du design industriel, « le design, dépouillé de son essence, peut être défini comme la capacité humaine à façonner notre environnement de manière inédite dans la nature, à répondre à nos besoins et à donner un sens à notre vie »1.

Il avait raison. Les vêtements que vous portez, la chaise sur laquelle vous êtes assis, le logement dans lequel vous vivez et les objets fabriqués par l'homme que vous possédez ont tous fait l’objet d'un design. C’est également le cas de la police que vous lisez en ce moment ! En tant qu'êtres humains, nous utilisons le design pour répondre à nos besoins, et nous pensons que cela devrait également s'appliquer au développement durable.

La stratégie Global Sustainable Equity de Janus Henderson a été créée en 1991 en s'inspirant de la définition du développement durable de la Commission Brundtland.

« Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs »2

La stratégie accorde une grande importance à la « triple performance »3, c'est-à-dire investir pour contribuer à la fois aux bénéfices, aux personnes et à la planète (cf. Graphique 1).

Graphique 1 : la « triple performance »

The triple bottom line

Source : Janus Henderson Investors, au 24 septembre 2020

Lorsque nous parlons de design durable dans le cadre de la stratégie, nous faisons référence à un design qui répond aux problèmes actuels et contribue au développement durable. Ce qui est différent du design durable axé sur les enjeux environnementaux ou l’éco-design. Il est important de noter que le design durable n'est pas limité par des systèmes de certification, tels que le BREEAM4, le LEED5 ou l'Analyse du cycle de vie (ACV), qui sont souvent exigés dans le secteur de la construction, puisque ces outils peuvent inspirer le design durable.

La place du design durable dans notre processus d'investissement

Le processus d'investissement de la Stratégie Global Sustainable Equity est en soi un exemple de design durable. Il a vocation à tenir compte des considérations environnementales et sociales tout en offrant aux clients une source d'alpha persistante, une croissance composée et la préservation du capital.

Nous estimons qu’une approche d’investissement durable (cf. Graphique 2) repose sur quatre éléments clés.

Graphique 2 : les quatre piliers de l'investissement durable

GSE four pillars

Source : Janus Henderson Investors, au 24 septembre 2020

Des critères positifs et négatifs (d’exclusion) sont intégrés dans notre processus d'investissement. Nous analysons à la fois les produits et les dispositifs opérationnels pour investir dans les entreprises qui ont un impact positif sur l'environnement et la société, ce qui nous permet de d’exploiter - et non de pâtir - des nouvelles disruptions.

Le dialogue régulier avec les entreprises et la gestion active des portefeuilles sont également essentiels dans le cadre de notre stratégie d'investissement durable car ces deux aspects nous permettent d'établir des partenariats avec les entreprises dans lesquelles nous investissons. Nous abordons un large éventail de sujets environnementaux et sociaux, y compris la transition vers un modèle économique à faible intensité en carbone et la gestion de la chaîne d'approvisionnement - lire ici notre article sur nos initiatives sur la question du cobalt. Nous adoptons une approche active qui nous permet de donner notre point de vue aux entreprises et de chercher des pistes d'amélioration, notamment grâce à des normes adaptées en matière de responsabilité sociale d’entreprise.

Lorsque nous analysons une entreprise, nous recherchons des preuves de design durable de ses produits/services et dans ses activités afin de déterminer si elle prend sciemment à bras le corps les questions environnementales et sociales. C'est ce degré d’intentionnalité qui sert d’élément de preuve de l'impact positif. Nous surveillons cette intentionnalité lors de la phase de suivi des entreprises, même après qu'elles ont été intégrées au portefeuille. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de notre pilier « Construction de portefeuille et gestion des risques actives ». Nous cherchons à identifier des preuves démontrant que les enjeux environnementaux et sociaux sont un facteur clé dans le processus de recherche et de développement d'une entreprise et nous pensons que l'amélioration en continu est un indicateur de croissance durable à long terme. Cette démarche fait partie intégrante du dialogue noué avec les entreprises, qui nous amène à discuter de la notion de design durable avec les équipes de direction.

Nous avons constaté une nette augmentation de la demande en produits plus durables et en la transparence au niveau de leur chaîne d'approvisionnement de la part des consommateurs. Ces derniers étant de plus en plus sensibilisés à l'impact environnemental et social des services et produits qu'ils consomment, les entreprises de nombreux secteurs ont dû adapter et transformer leurs modèles économiques pour répondre à ces nouvelles exigences. Nous cherchons à investir dans des entreprises qui cherchent à maîtriser à tout prix l'impact environnemental et social de leurs produits ou services et qui travaillent activement à la conception et au développement durables de produits ayant des impacts positifs.

Notes de bas de page :

1 Heskett, John. « Design: A Very Short Introduction (Very Short Introductions) » (p. 5). OUP Oxford.

Notre avenir commun : Rapport de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement

3 Inventé par John Elkington, la notion de « triple performance » (« triple bottom line » en anglais) fait référence au développement durable ayant des considérations environnementales, sociales et économiques.

4 BREEAM - Méthode d'évaluation environnementale de l'établissement de recherche du bâtiment (norme britannique)

5 LEED - Leadership en matière de conception énergétique et environnementale (norme américaine)