Jamie Ross, gérant d’actions européennes, estime qu’une approche équilibrée et disciplinée sera indispensable sur la classe d'actifs en 2021.

Principaux points à retenir :

  • La conduite d’un processus d'investissement robuste et reproductible est essentielle pour surmonter la volatilité des marchés. C’est pourquoi nous maintiendrons une approche rigoureuse en 2021.
  • Selon nous, une approche équilibrée sera nécessaire au début de l’année prochaine, afin de disposer d’assez de flexibilité pour se positionner sur des actions défensives ou cycliques en fonction de la rapidité de la normalisation.
  • La « dématérialisation du quotidien » et la durabilité représentent des thèmes d'investissement clés qui, selon nous, ont été amplifiés par la crise de la Covid.

2020 a été une année particulièrement volatile, et a fourni un bon test pour notre approche d'investissement. Nous sommes fermement convaincus de l’importance d’un processus d'investissement robuste et reproductible, obligeant à prendre des décisions rigoureuses et affranchies de toute émotion. En nous en tenant strictement à notre approche de notation basée sur des systèmes, nous avons apporté deux grands changements à nos positionnements au cours de l’année. D’abord, nous avons tiré parti des valorisations affaiblies en initiant trois nouvelles positions au moment du pic de la crise, puis, vers la fin de l’année, nous avons modifié le portefeuille afin de bénéficier du redémarrage de l’économie. Cette année a conforté notre confiance dans l’efficacité de notre processus d'investissement, et nous a convaincus de maintenir notre approche disciplinée.

Se positionner dans l’anticipation d’une « normalisation »

Deux choses nous paraissent particulièrement importantes pour 2021.

Premièrement, à l’issue des énormes perturbations causées par la Covid-19, 2021 devrait être l’année du début d’un certain retour à la normale. Autrement dit, les investissements qui avaient fonctionné en 2020 ne seront pas nécessairement les plus performants en 2021. Il convient de décider si l'on continue de s’exposer à des entreprises défensives (dont les bénéfices restent relativement stables dans les phases de ralentissement économique) ou si l’on opte pour les activités qui profiteront du rebond de l'économie mondiale.

Juste avant l’annonce du vaccin de Pfizer et dans les jours qui ont suivi, nous avions décidé d’adopter un positionnement beaucoup plus équilibré dans le portefeuille, et cette approche sera maintenue début 2021. Nous avons identifié des opportunités d'investissement attractives parmi de nombreuses entreprises plus cycliques, dont nous prévoyons une forte hausse de la rentabilité (rendement du capital investi ou des fonds propres tangibles, dans le cas des banques) avec la normalisation de l’activité. Il s’agit par exemple des fabricants de pièces automobiles et de mécanique agricole, des transporteurs aériens et des banques.

De plus, en lien avec le premier point, la Covid-19 aura des effets prolongés sur de nombreuses activités. Souvent, la pandémie a entraîné une accélération de changements structurels déjà bien présents. Même si cette considération est légèrement contradictoire avec le premier point, l’impact sur le long terme pourrait être que les entreprises qui ont « bénéficié » de la Covid sortiront renforcées de cette crise.

Lorsque nous essayons d’exposer nos portefeuilles à la reprise cyclique attendue en 2021, nous devons faire en sorte de ne pas oublier les changements structurels à l’œuvre.

L’accélération de la dématérialisation

Penchons-nous un peu plus sur la question des changements structurels.

La « dématérialisation » de nos quotidiens est un thème clé pour de nombreux investissements. Après la crise, les consommateurs éprouveront beaucoup moins de réticence à l’idée d’acheter en ligne, de faire des réunions en ligne, de retrouver leurs amis en ligne ou de consulter en ligne un professionnel de santé. Ces thèmes existaient déjà avant la crise, mais ils se sont accélérés. Certaines entreprises comme celles de livraison de repas à domicile, les pharmacies en ligne, les fabricants de tours de télécommunication et les éditeurs de jeux, bénéficieront de cette accélération.

La durabilité fait également partie des thèmes clés. Selon nous, la crise nous fera davantage prendre en compte le monde qui nous entoure et les enjeux auxquels se confronte notre société. Le thème de la durabilité, lui aussi, gagnait en importance avant le virus, mais il continuera à faire de plus en plus partie des préoccupations après la crise. Il s'agit en effet d’un thème qui devrait s’inscrire sur plusieurs dizaines d’années.

Rester attentif aux actions de croissance vs « value » en 2021

Le style croissance surperforme les actions « value » depuis de nombreuses années, dans une tendance symptomatique de la faiblesse des taux d'intérêt et de l’inflation. Depuis quelques mois, les titres « value » commencent à surperformer les valeurs de croissance sous l’effet des espoirs liés aux bienfaits du redémarrage de l’économie mondiale. Cette thématique devra donc être attentivement surveillée en 2021, car elle sera révélatrice du rythme de la reprise économique. Les actions devraient donc tenir lieu d'indicateur avancé.

Glossaire des termes

Actions cycliques – actions d’entreprises vendant des biens de consommation discrétionnaires, comme les voitures, ou des industries très sensibles aux changements de l’économie, comme les sociétés minières. Le cours des actions et des obligations émises par des sociétés cycliques par rapport à leurs homologues non cycliques a tendance à être fortement affecté les ralentissements ou accélérations de la croissance économique.

Actions « value » – actions d’entreprises que nous considérons comme sous-évaluées par le marché et les investisseurs.

Valeurs de croissance – actions d’entreprises dont les investisseurs anticipent une croissance nettement supérieure à celle de la moyenne du marché.