May Ling Wee, gérante d'actions chinoises, évoque ici les principaux faits marquants du premier semestre pour les investisseurs en actions chinoises, les implications sur la performance des portefeuilles et les perspectives pour le reste de l'année.

   Principaux points à retenir :

  • La reprise économique en Chine a été plus rapide que prévu, avant tout grâce au rebond des secteurs de l'industrie et de la construction, mais la consommation et les investissements du secteur privé restent timorés.
  • Les actions chinoises ont globalement surperformé les marchés développés au cours du premier semestre, à l'exception du Nasdaq. Les investisseurs se sont montrés optimistes quant à la reprise de la croissance économique et des bénéfices des entreprises pour le second semestre.
  • Même si les actions de croissance présentent désormais un moindre potentiel, une correction pourrait créer des opportunités intéressantes pour investir dans des titres de croissance de qualité au cours des prochains mois.

Le premier semestre de 2020 s’est avéré une période mouvementée pour les investisseurs en actions chinoises. La gravité de l'épidémie de COVID et la réponse politique consistant à limiter les mouvements de population en Chine afin de contenir sa propagation ont surpris le marché. En mars, les restrictions de mobilité ont été assouplies, l'activité économique a repris et un rebond de l'activité industrielle a rapidement suivi, les usines ayant rattrapé les commandes manquées pendant le confinement, et les chantiers de construction ont redémarré.  La Chine a cherché à initier un « lent marché haussier ». Ce rebond a été soutenu par des statistiques périodiques encourageantes attestant d’une reprise précoce en Chine, ce qui a alimenté le rebond des actions domestiques à partir du mois d'avril.

Au moment où nous écrivons ces lignes (12 août), les financements sur marge (emprunt de liquidités par les investisseurs particuliers pour acheter des titres) ont rapidement augmenté et les fonds récemment lancés ont été largement souscrits par les investisseurs locaux. Dans ce contexte, les relations entre la Chine et les États-Unis se sont détériorées. Les tensions se sont en effet accrues, les deux pays s’accusant mutuellement de la pandémie de COVID et s’invectivant à propos de la situation politique à Hong Kong.

Des difficultés croissantes : la guerre commerciale et technologique

Le leadership technologique a été à l'épicentre de la guerre commerciale et technologique opposant les États-Unis à la Chine. Si les sanctions américaines ont d'abord été infligées aux entreprises chinoises d’équipements technologiques comme Huawei, elles se sont rapidement étendues aux sociétés de l’internet et de logiciels. La dernière mesure prise par les États-Unis a été d'interdire aux entreprises américaines d'utiliser TikTok, la plateforme de vidéos courtes, et WeChat, l’omniprésente messagerie appartenant à Tencent. Désormais, ce sont deux mondes de l’internet qui coexistent, l'un dirigé par les États-Unis et l'autre par la Chine. Les cas de TikTok et WeChat illustrent le fait que les ambitions mondiales des principales entreprises technologiques chinoises peuvent potentiellement être freinées par les États-Unis, et que des sanctions peuvent être imposées aux entreprises chinoises pour des raisons de « sécurité nationale ».

Une reprise déséquilibrée

Les progrès de la Chine en matière de reprise économique ont été plus rapides que prévu depuis l'assouplissement des contraintes pesant sur la mobilité des citoyens et le redémarrage de l'activité commerciale. La croissance du produit intérieur brut (PIB) pour le deuxième trimestre 2020 (T2) a été positive, en glissement aussi bien annuel que trimestriel, ce qui suggère que l'économie chinoise a déjà enregistré au T2 une croissance supérieure à son niveau de l'année dernière (avant la crise sanitaire). Toutefois, la reprise se révèle inégale. Les secteurs de l'industrie et de la construction ont été les moteurs de cette reprise, grâce à des projets d'infrastructure et à des usines qui ont rattrapé leur retard de production. Le fait que la Chine soit la « première entrée et première sortie » de la crise du COVID a profité à son secteur manufacturier. En revanche, la consommation et les investissements du secteur privé n'ont toujours pas retrouvé leurs niveaux d'avant COVID. La distanciation sociale, la crainte de la contamination et la moindre visibilité sur les revenus personnels ont incité le consommateur à rester chez lui et à dépenser moins. Dans le même temps, les entreprises privées sont confrontées à l'incertitude de la demande et à la question de savoir si les chaînes d'approvisionnement devraient être rapprochées des lieux de consommation en raison d'externalités comme les pandémies.

L'activité industrielle se redresse avant la consommation

article-image_first-in-first-out-of-COVID-how-has-China-fared_chart01_FR

Source : Bureau national chinois des statistiques, Wind, Macquarie, au 10 juillet 2020.

Note :    les automobiles représentent moins de 30 % des ventes au détail

Analyse du marché - premier semestre 2020

Le coronavirus a provoqué une rupture majeure dans l'activité des entreprises et dans le comportement des consommateurs chinois. Il a également eu un impact significatif sur les chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui a entraîné un recul des revenus et des profits. Les actions chinoises ont subi des ventes massives quand il est devenu clair que l'épidémie se transformait en pandémie mondiale. Depuis les points bas touchés au mois de mars, les actions chinoises se sont largement redressées, les indicateurs macroéconomiques du deuxième trimestre ayant montré une reprise de l'activité plus forte que prévu après la mise à l’arrêt de février. Les investisseurs apparaissent optimistes quant à la reprise de la croissance économique et des bénéfices des entreprises au cours du second semestre. Le marché offshore (indice MSCI China) et le marché onshore (indice CSI300) ont progressé respectivement de 12,8 % et 13,9 % depuis le début de l'année (en dollars US*). Dans les faits, les actions chinoises ont surperformé la plupart des marchés développés au cours de la même période, à l'exception du Nasdaq.

* Source : Bloomberg, performance des indices de prix depuis le début de l'année au 12 août 2020. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Implications pour le portefeuille

Le COVID-19 a constitué un défi pour de nombreuses entreprises chinoises. Les canaux de vente physiques/hors ligne sont devenus inopérants et la peur de la contamination a incité les consommateurs chinois à rester chez eux. Cela dit, les entreprises qui ont obtenu de bons résultats sont celles s’étant rapidement adaptées au nouvel environnement en se concentrant sur les canaux en ligne. Parmi les gagnants, on trouve des entreprises dans des domaines tels que le commerce électronique, les loisirs en ligne et les appareils ménagers, celles-ci ayant largement surperformé les sociétés proposant des alternatives hors ligne.

Au sein du secteur de la consommation, les entreprises qui vendent des biens de grande valeur perçus comme des produits haut de gamme ont surclassé leurs concurrentes spécialisées sur le segment de la consommation de masse. Les ventes de voitures de luxe, de baijiu (un alcool populaire), et de produits de luxe ont illustré ce phénomène. Comme nous l'avons vu à l'échelle mondiale, le consommateur à revenus élevés semble avoir été mieux protégé contre l'impact du COVID.

Plusieurs des entreprises que nous détenons de longue date se sont bien comportées au cours du premier semestre 2020. Dans le domaine des services de communication, les sociétés NetEase et Tencent ont fait preuve de résilience. Elles ont en effet bénéficié du comportement des consommateurs restant chez eux et recherchant des divertissements en ligne. La société Midea Group, première marque chinoise d'appareils électroménagers, s'est résolument tournée vers la vente en ligne et a pris des parts de marché à ses concurrents. Dans le secteur financier, la Bourse de Hong Kong a bénéficié de la volonté de sociétés chinoises cotées aux États-Unis de pouvoir également être traitées à Hong Kong, en raison de la menace d’un possible retrait des bourses américaines si l'accès à leurs données d'audit n'était pas assuré.

Sur une note moins positive, les sociétés énergétiques China Oilfield Services et CNOOC ont souffert de la guerre des prix du pétrole entre la Russie et l'Arabie Saoudite au cours d’une période marquée par une faible demande. L'opérateur de casino Sands China a également enregistré de mauvais résultats, Macao ayant fermé ses frontières aux touristes.

Un optimisme prudent sur les perspectives pour le reste de l'année

La Chine s’est relativement bien comportée dans le domaine commercial, ses usines ayant redémarré avant les autres. Les consommateurs et les entreprises sont en train de s’adapter à un monde post-COVID. De notre point de vue, à moins d'une deuxième vague généralisée en Chine, et compte tenu de l’épargne plus élevée constituée par les consommateurs au cours du premier semestre, nous pourrions assister à une accélération de la consommation au cours du second semestre, pour autant que la confiance dans la reprise chinoise se maintienne.

Même si nous anticipons un renforcement de l'économie chinoise, des turbulences géopolitiques pourraient apparaitre à l'approche de l'élection présidentielle américaine de novembre. De nouvelles perturbations pour les entreprises chinoises ne peuvent être exclues.

La vigueur du marché et la confiance des investisseurs ont entraîné une réévaluation de nombreuses valeurs de croissance cotées sur les marchés domestiques d’actions chinoises, réduisant le potentiel de gain de ce type de sociétés. Toutefois, la classe d'actifs des titres domestiques chinois est naturellement plus volatile que d’autres segments. Elle est en effet principalement influencée par les investisseurs privés, et une correction pourrait offrir dans les mois à venir des opportunités intéressantes pour se positionner sur des sociétés de croissance de qualité cotées sur les marchés domestiques.

Glossaire :

Marché haussier : se produit lorsque les prix des actions augmentent et que les investisseurs anticipent une poursuite de la tendance positive. Cette configuration de marché apparait généralement lorsque les conditions économiques sont favorables.

Actions/marchés domestiques : sociétés cotées sur les marchés de Shanghai et de Shenzhen en Chine continentale.