Hamish Chamberlayne, responsable de la gestion Actions durables internationales, revient sur le trimestre écoulé et examine les opportunités à venir dans le domaine du développement durable.

Principaux points à retenir :

  • L’Agence internationale de l’énergie prévoit qu’il faudra investir un total de 100 000 milliards de dollars dans les énergies propres au cours des 30 prochaines années pour compléter la transition vers un système énergétique net zéro d’ici 2050.
  • Les résultats du premier trimestre de cette année ont prouvé que la dynamique de numérisation ne montre aucun signe de ralentissement à mesure que nous nous remettons de la pandémie mondiale.
  • Le cadre d’investissement discipliné de l’équipe lui permet d’identifier les entreprises qui jouent un rôle bénéfique dans la transformation de l’économie mondiale vers un modèle plus durable.

L’actualité du trimestre a principalement été dominée par l’initiative du président Biden pour un taux minimal mondial d’impôt sur les sociétés, la répression technologique en Chine, la volatilité des cryptomonnaies, les chaleurs records dans le nord-ouest des États-Unis et les variants plus contagieux de la COVID.

« Reconstruire en mieux »

Pour nous, l’actualité la plus importante du trimestre est celle liée à l’action climatique. Le slogan à retenir de la réunion du G7 en Cornouailles, au Royaume-Uni, est « Build Back Better » c’est-à-dire « Reconstruire en mieux ». Au cœur de cette déclaration est la reconnaissance, pour sa réalisation, du caractère essentiel des notions d’atténuation du changement climatique, d’adaptation à ce changement et de protection de la biodiversité. Tous les pays du G7 ont accepté de se fixer des objectifs ambitieux de réduction des émissions au cours de la prochaine décennie et se sont engagés à parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050.

Quelques semaines avant le sommet du G7, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié un rapport spécial présentant la première étude mondiale détaillée sur la manière de passer à un système énergétique net zéro d’ici 2050 tout en garantissant un approvisionnement énergétique stable et abordable, avec une accessibilité universelle à l’énergie et une croissance économique soutenue. Un changement radical en matière d’investissement dans les technologies propres est nécessaire durant cette décennie, avec une multiplication par quatre des investissements annuels dans les énergies renouvelables et une multiplication par vingt de la production de voitures électriques.

L’AIE estime qu’il faudra un investissement global de 100 000 milliards de dollars dans les énergies propres au cours des 30 prochaines années. Mais, que l’objectif de neutralité carbone soit réalisable ou non d’ici 2050, pour nous, une chose est sûre, c’est que l’opportunité d’investissement est considérable. Les raisons d’investir dans le bas carbone n’ont jamais été aussi convaincantes et nous percevons un éventail vaste et diversifié d’opportunités.

Les technologies de l’information de nouveau à la pointe

Après avoir accusé un certain retard depuis le début de l’année, le secteur des technologies de l’information (TI) a clôturé le trimestre en beauté, le marché réagissant favorablement à la publication des résultats du premier trimestre. De nombreuses entreprises technologiques ont enregistré une forte croissance et portent un regard optimiste sur le reste de l’année, et, pendant que l’économie mondiale se remet de la pandémie, la tendance à la numérisation ne montre aucun signe de ralentissement. Notre surpondération du secteur des technologies de l’information a contribué positivement à la performance, de même que notre sélection des valeurs de consommation discrétionnaire et de l’industrie.

Dans ce contexte, le fabricant de semi-conducteurs Nvidia, l’éditeur de logiciels de création Adobe et la société de technologie de l’eau Evoqua figurent parmi les plus fortes performances du trimestre.

Nvidia est une nouvelle position que nous avons intégrée au bon moment. L’entreprise est parvenue à se positionner comme la plateforme informatique de prochaine génération et ses produits sont essentiels pour permettre à ses clients d’accéder à la puissance de l’intelligence artificielle et d’améliorer l’efficacité énergétique des systèmes informatiques. Nous avons initié une position au premier trimestre après une période de sous-performance et depuis lors, le titre a été l’un de nos meilleurs contributeurs. L’entreprise a publié des résultats solides pour le premier trimestre, avec une croissance importante de son chiffre d’affaires et anticipe une croissance bien plus forte que prévu pour le trimestre suivant. Son activité de centre de données a fait feu de tout bois avec le passage à l’informatique dématérialisée et le déploiement de solutions hyperscale et d’IA pour les entreprises pourrait encore stimuler la demande.

Dans une dynamique similaire, les résultats d’Adobe pour le premier trimestre ont montré que le scénario de croissance lié à la transformation numérique était loin d’être terminé. L’entreprise a connu une forte croissance organique de son chiffre d’affaires, prouvant que les progrès du Creative Cloud et du Document Cloud n’étaient pas seulement attribuables à la COVID. La direction estime en effet que le design et la créativité n’ont jamais été aussi importants dans un contexte où la consommation de contenus et l’engagement numérique connaissent une véritable explosion.

Evoqua Water Technologies est une de nos participations industrielles qui a bien performé au cours du trimestre, la direction annonçant une forte croissance de son carnet de commandes de services. En tant que fournisseur leader de technologies pour le traitement et la purification de l’eau, nous pensons qu’Evoqua pourrait bénéficier des nombreuses tendances liées à l’économie circulaire, à la réutilisation et à la recirculation de l’eau, aux réglementations relatives à l’élimination des toxines dans l’eau potable et à l’assainissement de l’environnement. L’importance croissante accordée à la durabilité par les grandes entreprises et les impacts disruptifs du changement climatique sur le cycle de l’eau constituent un moteur de la croissance structurelle de la demande pour les produits et services d’Evoqua.

Une décennie de transformation pour le numérique, l’électrification et la décarbonisation

Le rapport publié dernièrement par l’AIE, intitulé « Net Zero by 2050 », souligne que l’électrification et l’amélioration de l’efficacité énergétique sont essentielles pour réduire les émissions de carbone. Dans un avenir durable, l’électricité alimentera l’ensemble des activités, de la fabrication industrielle au transport individuel et chaque secteur économique offre une palette diversifiée d’opportunités d’investissement liées à l’électrification. L’ampleur et le rythme des investissements nécessaires sont vertigineux. De plus, après les engagements politiques pris lors de la récente réunion du G7, nous sommes plus que jamais convaincus que nous nous trouvons au début d’une décennie de transformation, une décennie au cours de laquelle nous passerons de manière définitive d’un système économique mondial analogique reposant sur les énergies fossiles à un système numérique fondé sur l’électrique.

Les résultats du premier trimestre de cette année ont prouvé que la dynamique de numérisation ne montre aucun signe de ralentissement à mesure que nous nous remettons de la pandémie mondiale. Les comportements numériques s’enracinent et nous voyons le secteur technologique jouer un rôle clé dans la transformation et l’amélioration de nos sociétés et de notre relation avec l’environnement. Les outils et services numériques ont aidé nos sociétés et nos économies à traverser la pandémie. Ils ont également un rôle essentiel à jouer pour nous aider à rompre la corrélation entre notre activité économique et notre impact sur le capital naturel. Nous constatons également que le secteur des technologies de l’information est à l’avant-garde en termes d’impact environnemental et de décarbonation, faisant d’énormes progrès en matière d’efficacité énergétique et d’achat direct d’énergie renouvelable.

Nos perspectives ne changent donc guère, si ce n’est que notre conviction s’accroît. Nous continuons à nous concentrer sur la numérisation, l’électrification et la décarbonation et cette dynamique oriente toujours nos décisions d’investissement et la construction de notre portefeuille. Notre cadre d’investissement discipliné nous permet d’identifier les entreprises qui jouent un rôle bénéfique dans la transformation de l’économie mondiale vers un modèle plus durable et nous sommes convaincus de pouvoir réaliser des performances attractives en investissant dans ces entreprises — celles qui présentent des opportunités de croissance, avec des enseignes gagnantes, une culture de l’innovation et un pouvoir de fixation des prix.