Hamish Chamberlayne, gérant du fonds Janus Henderson Horizon Global Sustainable Equity, aborde les derniers événements dans le monde de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) et explique le positionnement, les performances et l’activité du fonds.

Les marchés actions internationaux ont clôturé l’année en forte hausse. L’indice MSCI World s’est apprécié de plus de 8 % en dollar américain au cours du dernier trimestre et a ainsi porté sa performance totale à plus de 25 % sur l’ensemble de l’année 2019. Les marchés ont réagi positivement aux signes concrets de progrès vers une première détente dans les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. La Réserve fédérale américaine a laissé ses taux d’intérêt inchangés et plusieurs autres banques centrales de la planète ont laissé entrevoir une orientation plus accommodante de leur politique monétaire. Les performances se sont révélées plus modestes pour les investisseurs en livre sterling, cette dernière s’étant appréciée suite à la large majorité remportée par le Parti conservateur à l’issue des élections législatives britanniques qui a ainsi laissé entrevoir une plus grande stabilité politique et une possible sortie de l’impasse du Brexit. Sous l’effet du regain d’optimisme, plusieurs des secteurs les plus sensibles à la conjoncture économique ont surperformé, à l’instar de ceux des technologies de l’information, de la finance et des matériaux. Les secteurs de l’industrie et des services de communication se sont également bien comportés, tandis que les secteurs plus défensifs des services aux collectivités, de la consommation de base et de l’immobilier ont sous-performé.

Du point de vue de la durabilité, 2019 a été une année importante. En effet, plusieurs événements écologiques ayant un impact économique ont fait la une des journaux. Nous nous demandons si, rétrospectivement, elle se révélera être un tournant marquant une plus grande sensibilisation et préoccupation à l’égard de l’urgence des problèmes environnementaux de la planète.

L’année 2019 s’est accompagnée de la première faillite directement liée au changement climatique, la compagnie d’électricité californienne PG&E s’étant placée sous la protection du chapitre 11. De terribles incendies, allant souvent de pair avec des températures record, ont fait la une des journaux tout au long de l’année, et ce, depuis les régions fortement peuplées de Californie, d’Asie du Sud-Est et d’Australie jusqu’à des régions sauvages et vierges telles que l'Amazonie et le cercle polaire arctique. C’est également l’année où une jeune suédoise de 16 ans est devenue une célébrité en tant qu’égérie d’un mouvement mondial de protestation contre le changement climatique, où la prise de conscience de la pollution des plastiques s’est accrue et où les gens ont commencé à se rendre compte des coûts environnementaux de la production de viande.

Sur une note plus positive, de plus en plus d’entreprises ont adhéré à la durabilité et beaucoup l’ont mis au cœur de leurs stratégies de croissance ; les technologies propres ont continué à devenir moins chères, le coût de construction de nouvelles énergies renouvelables étant tombé en-deçà des coûts de fonctionnement du charbon ; les ventes de véhicules électriques ont enregistré leur meilleure année et les constructeurs automobiles se sont engagés à consacrer 225 milliards de dollars à l’électrification au cours des prochaines années ; et la viande d’origine végétale s’est généralisée.

Le fonds a progressé de 10,1 % en dollar américain sur le trimestre, contre une hausse de 8,6 % pour l’indice MSCI World*. La surexposition du fonds au secteur des technologies de l’information a eu un impact positif sur la performance, mais la sélection de valeurs a elle aussi contribué à la performance positive et quatre des dix positions les plus performantes ont été issues de différents secteurs. Seule une des trois meilleures contributions a été le fait d’une valeur technologique.

*Source : Morningstar, au 31 décembre 2019, part A2 du fonds Janus Henderson Horizon Global Sustainable Equity Fund en dollar américain. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Contributions à la performance :

Humana (santé) est une compagnie d’assurance santé dont l’objectif principal est de fournir des polices d’assurance-maladie Medicare Part C (« Medicare Advantage ») aux personnes âgées aux États-Unis. Humana a fortement rebondi grâce à l’atténuation du risque politique. Au début du trimestre, les investisseurs ont estimé que la probabilité de la mise en œuvre du projet de loi « Medicare pour tous » d’Elizabeth Warren avait reculé. Ce risque s’est transformé en un vent porteur lorsque Donald Trump a signé une loi abrogeant définitivement une taxe de l’ère Obama sur les assureurs santé.

Tesla (transports durables) est l’un des principaux constructeurs mondiaux de véhicules électriques, de batteries lithium-ion et de systèmes d’énergie solaire. Sa mission est d’accélérer la transition mondiale vers l’énergie durable.  Le titre a progressé de 25 % en décembre, portant ainsi sa performance sur six mois à 87 % et à plus de 100 % par rapport à son point bas de juin. Après avoir enregistré un bénéfice surprise au troisième trimestre, la valeur a été un peu plus soutenue par l’ouverture de la « giga-usine » de Shanghai et par les commentaires positifs sur le calendrier de production du modèle Y. Peu après la fin de l’année, la société a annoncé des livraisons au quatrième trimestre supérieures aux anticipations, ce qui a de nouveau contribué à l’appréciation de l’action. Nous avons parlé avec la société en décembre et nous sommes prudemment optimistes quant à la durabilité de l’amélioration de l’exécution opérationnelle. Dans le même temps, il est manifeste que Tesla jouit d’une avance de plusieurs années après une série de lancements de produits décevants du point de vue de la valeur d’entreprise (VE) de la part de concurrents qui n’ont guère rencontré de succès auprès des consommateurs.

Autodesk (savoir et technologie) est le leader mondial des logiciels de conception utilisés par les architectes et les ingénieurs. Ses solutions permettent aux clients d’optimiser les impacts environnementaux et sociaux de leurs créations, qu’il s’agisse de réduire les besoins en énergie ou de fournir des infrastructures résistantes et durables sur le plan environnemental. Autodesk a progressé au quatrième trimestre après avoir annoncé des résultats meilleurs que prévu et relevé ses prévisions annuelles de flux de trésorerie disponible. La transition vers un modèle de revenus récurrents, basé sur l’abonnement, est maintenant largement achevée et les résultats ont démontré des progrès dans la conversion des utilisateurs non payants (qui représentent encore près des trois quarts des utilisateurs au niveau mondial) et des tendances favorables sur les marchés finaux de la construction et de la fabrication, où Autodesk permet la transformation numérique. Si Autodesk n’est pas à l’abri d’un ralentissement de la croissance mondiale, l’entreprise promet toujours une longue trajectoire de croissance avec de nombreuses initiatives d’augmentation des marges pouvant être décidées en interne dans les prochaines années, ce qui renforce notre conviction vis-à-vis de la thèse d’investissement.

Freins à la performance :

Au niveau des valeurs, la principale contribution négative est revenue à notre sous-exposition à Apple. Du point de vue des positions détenues en portefeuille, les trois principaux détracteurs ont été Gildan, Progressive et Texas Instruments.

Gildan (qualité de vie) est un fabricant de textiles nord-américain réputé pour ses normes sociales et environnementales élevées. La société possède des installations qui lui permettent de fabriquer des produits de meilleure qualité à moindre coût, tout en minimisant l’impact environnemental de ses activités et en offrant des conditions de travail à la pointe de l’industrie. Gildan a reculé après avoir publié des résultats décevants et revu à la baisse ses prévisions annuelles en raison d’une demande plus faible que prévu de la part de ses clients dans le secteur de la sérigraphie. La baisse de la demande est certes décevante, mais nous demeurons toutefois confiants dans la position de Gildan en tant que leader à bas prix dans les catégories de base de la sérigraphie et des vêtements et nous ne pensons pas que cet accès de faiblesse soit lié à un changement dans l’environnement concurrentiel.

Progressive (sécurité) est l’une des plus grandes compagnies d’assurance automobile aux États-Unis et se considère comme une société de science des données axée sur le secteur de l’assurance. Elle utilise l’analyse des données pour identifier et attirer les conducteurs à faible risque, ce qui lui permet d’offrir des tarifs d’assurance plus bas et qui se traduit par un avantage concurrentiel et des taux de croissance plus élevés. Progressive a fait l’objet de prises de bénéfices après avoir annoncé une légère déception dans son principal ratio sinistres-primes, une charge de réserve dans son activité automobile commerciale et une croissance consolidée des primes plus faible que prévu.

Texas Instruments (savoir et technologie) est l’une des plus grandes sociétés de conception et de fabrication de semi-conducteurs au monde. Elle se concentre sur le développement de puces analogiques et de processeurs intégrés. Les semi-conducteurs analogiques sont les fondements d’un monde plus connecté et servent à une grande variété d’applications finales, notamment dans les domaines des technologies d’énergie renouvelable, des équipements de diagnostic pour les soins de santé et de la conduite autonome. La société a vu son action reculer après avoir publié des résultats conformes aux attentes, mais des prévisions inférieures aux anticipations du marché. Texas Instruments fait face à des difficultés sur ses marchés finaux de l’automobile, de l’industrie, de la consommation et des communications, où les tensions commerciales ont entraîné une baisse de la demande à court terme. Si les tensions commerciales continuent de peser sur les commandes, l’entreprise a toutefois géré efficacement ses stocks et ses coûts et est bien placée pour en bénéficier dès lors que la demande s’améliorera.

Activité du portefeuille

Au cours du trimestre, nous avons initié des positions sur Innergex et Zendesk et soldé celles sur Costa Group et Waters.

Innergex (énergie propre) développe et exploite des installations d’énergie renouvelable au Canada, aux États-Unis, en France et au Chili. L’entreprise est spécialisée dans les projets éoliens, solaires et hydroélectriques au fil de l’eau. Dans le cadre de ses projets, l’entreprise s’est associée à des organismes publics, des organisations non-gouvernementales (ONG), des groupes de protection, des universités et des organisations locales pour concevoir et mettre en œuvre des solutions qui atténuent l’interaction entre l’homme et la faune et la perturbation des écosystèmes importants.

Zendesk (savoir et technologie) est un fournisseur international de logiciels de gestion de la relation client dont la mission est d’aider les organisations à établir de meilleures relations avec leurs clients. Son logiciel unifie la communication avec les clients et les données relatives aux clients entre des canaux disparates afin d’offrir un excellent service et engagement client omnicanal. Fondé sur le « cloud » public et des normes ouvertes, le logiciel de Zendesk est facile à utiliser et à mettre en œuvre, offrant ainsi aux organisations la flexibilité nécessaire pour agir rapidement, se concentrer sur l’innovation et améliorer la productivité.

Perspectives

Nos perspectives demeurent inchangées. Un tour d’horizon du monde montre qu’il n’est pas difficile de trouver des raisons de s’inquiéter. Le ralentissement de la croissance économique, l’instabilité géopolitique, la guerre commerciale opposant les États-Unis et la Chine et le Brexit pèsent lourdement sur le moral des entreprises et des investisseurs et nous comprenons aisément pourquoi de nombreuses personnes préconisent la prudence dans le domaine des actions. Toutefois, nous demeurons optimistes en ce qui concerne les perspectives des actions, notamment celles présentant de solides caractéristiques de croissance. Nous avons maintenant traversé plusieurs trimestres de faiblesse dans les secteurs industriel et manufacturier et certains signes suggèrent que le cycle de constitution des stocks et l’élan industriel pourraient être sur le point d’atteindre leur point bas. Le secteur des semi-conducteurs est souvent utilisé comme un indicateur économique avancé. Or, au cours des derniers trimestres, nous avons constaté une stabilisation du prix des mémoires et les équipes dirigeantes ont indiqué qu’elles s’attendaient à une reprise en 2020. Le virage des banques centrales vers des politiques monétaires plus accommodantes soutient fortement les actions de croissance et nous voyons encore un potentiel haussier considérable dans bon nombre de nos positions. S’il est vrai que les valorisations des actions sont supérieures aux moyennes à long terme, en valeur absolue, elles s’établissent à des niveaux historiquement bas par rapport aux obligations.

Bien que nous nous tenions prêts à renforcer progressivement les investissements qui pourraient profiter d’une reprise de la production industrielle, nous sommes conscients qu’il reste encore beaucoup d’incertitude. Notre allocation aux entreprises qui présentent un niveau élevé de revenus récurrents, des bilans solides et qui sont plus à l’abri des tendances macroéconomiques mondiales est significative. Nous sommes convaincus que notre cadre de développement durable nous aide à composer avec l’incertitude et à identifier des investissements présentant des caractéristiques de croissance vigoureuses et qui peuvent contribuer à la prospérité pendant les périodes de turbulence économique.

Il existe de nombreuses opportunités parmi les entreprises qui se trouvent du bon côté des tendances séculaires. Le changement technologique et l’innovation n’ont pas ralenti et les problématiques de durabilité continuent de gagner en importance. Les gérants actifs peuvent avoir un impact positif en investissant dans les entreprises qui contribuent à une planète durable et en se détournant de celles qui lui nuisent.

Sauf indication contraire, toutes les données proviennent de Janus Henderson Investors et sont en date du 31 décembre 2019.