John Pattullo, Co-responsable de la gestion obligataire stratégique, explique comment la suppression de la volatilité par la Réserve fédérale américaine pendant la crise du Covid-19 a conduit à une « japonification » du marché américain des obligations d’entreprises.

 Principaux points à retenir :

  • À l’instar de ce à quoi nous avons assisté en Europe, la japonification — qui se réfère à l’expérience japonaise marquée par des taux d’intérêt durablement bas, une faible inflation et une croissance minime et où la volatilité a été totalement neutralisée par la banque centrale — s’est maintenant étendue aux États-Unis, et ce, à une vitesse remarquablement rapide.
  • Comme ce fut le cas au Japon, la suppression de la volatilité par la banque centrale américaine, ainsi que son soutien aux obligations investment grade (et, dans une moindre mesure, aux obligations à haut rendement), a créé un environnement presque idyllique pour investir dans les obligations d’entreprises.
  • L’effondrement de la courbe des taux souverains américains a entraîné ces derniers mois un important afflux de capitaux sur les marchés des obligations d’entreprises américaines, avec pour principaux acteurs les acheteurs étrangers. Il est intéressant de noter que compte tenu de la recherche permanente de rendement, les entreprises investment grade les plus connues sont quasiment devenues les nouvelles obligations souveraines ou les nouveaux taux de référence.

Note : cette vidéo a été enregistrée le 14 août 2020.