L'équipe Actions émergentes internationales de Janus Henderson fait le point sur la stratégie Actions émergentes internationales « toutes capitalisations ». Elle nous présente les performances, les investissements, le positionnement du portefeuille ainsi que ses perspectives pour la classe d'actifs.

Analyse des performances – T4 2018

Les actions émergentes internationales ont chuté en livres sterling au quatrième trimestre 2018. Le Brésil, l’Indonésie et la Hongrie ont généré les meilleures performances tandis que le Pakistan, la Colombie et le Mexique étaient à la traîne.

Source : Thomson Reuters Datastream au 31 décembre 2018, en livres sterling

Les sociétés brésiliennes Duratex et Bradesco ont compté parmi les principaux moteurs de performance de la stratégie au cours de la période. Cela n’est pas dû à des informations spécifiques liées aux sociétés en question, mais plutôt à l’élimination des incertitudes autour du résultat de l’élection présidentielle au Brésil. Le scrutin a été remporté par M. Bolsonaro, un homme politique dont le programme est un mélange de populisme conservateur et de libéralisme économique. La bourse brésilienne a salué le résultat de la présidentielle puisque sa politique économique devrait être plus favorable aux entreprises et vise à réduire le rôle de l’État. À l’heure actuelle, les valorisations de ces deux entreprises apparaissent plutôt raisonnables.

Actions émergentes : positionnement et opportunités (point marché du T1 2019) | Janus Henderson Investors
Source: Getty Images

Newcrest Mining a également contribué de façon significative à la performance. Une présentation faite aux investisseurs au cours de la période a été bien accueillie. La société est en effet convaincue de disposer d’une grande marge d’amélioration des taux de recouvrement de la mine de Cadia qui vient d’adopter de nouvelles technologies d’extraction. Par ailleurs, le prix de l’action a été soutenu par une amélioration du cours sous-jacent de l’or au cours de la période. Cette matière première est considérée comme une réserve de valeur lors des périodes de forte aversion au risque.

Uni-President Enterprises, la holding taïwanaise qui détient notamment Uni-President China, a été l’un des principaux freins à la performance. Le titre avait enregistré des performances très solides en début d’année 2018, mais les résultats obtenus au second semestre ont été légèrement en deçà de ceux du premier. Plusieurs signaux indiquent que Tingyi, un producteur d’aliments et de boissons concurrent, cherche à intensifier la compétition sur les prix, ce qui a des répercussions sur les marges d’Uni-President China. À long terme, nous restons d’avis que cette activité peut générer des profits substantiels et des flux de trésorerie croissants grâce à la solidité de son portefeuille de marques de produits alimentaires.

Activité du portefeuille

Nous avons fait l’acquisition d’une nouvelle position dans Raia Drogasil, un opérateur familial au sein de la première chaîne nationale de pharmacies du Brésil. Cette entreprise dispose encore d’opportunités significatives de croissance en termes de chiffre d’affaires et de parts de marché puisqu’elle contrôle seulement 2% des pharmacies du pays. Les dépenses de santé sont amenées à augmenter au Brésil, un pays dont la population vieillit et l’économie arrive à maturité. Les résultats financiers à court terme et les marges ont souffert de la faible confiance des consommateurs et du passage aux médicaments génériques vendus moins cher. Ceci a réduit le cours du titre à un niveau intéressant qui, selon nous, ne reflète pas le fait que la société ait réussi à doubler le nombre de magasins et à améliorer le rendement du capital investi au fil du temps, à mesure que son réseau de magasins arrivait à maturité.

Au cours de la période, nous avons cédé la totalité de nos participations dans WEG, un fabricant et distributeur brésilien de machines industrielles. La position a été vendue uniquement au vu du niveau de valorisation car le titre a bénéficié d’une amélioration cyclique notable de la rentabilité sectorielle ainsi que des fondamentaux de l’entreprise. Nous avons également cédé la totalité de nos positions dans China Resources Gas. Cette décision s’explique en partie au vu du niveau de valorisation car le cours de l’action s’est renforcé du fait d’une bonne croissance en volumes. La pérennité à long terme des frais de connexion utilisateur était également devenue une source de préoccupation, c’est pourquoi nous avons décidé de redéployer le capital dans des convictions plus fortes.

L’activité du portefeuille a été conforme à notre horizon de long terme. Le taux de rotation du portefeuille sur douze mois glissants est juste en dessous des 20% pour la stratégie « toutes capitalisations ».

Source : Janus Henderson au 31 décembre 2018, sur la base d’un portefeuille représentatif.

Stratégie

Aucun changement notable n’est à signaler dans nos perspectives d’investissement au cours du dernier trimestre. Nous considérons toujours que les valorisations et les attentes des analystes quant aux perspectives de croissance de beaucoup de sociétés asiatiques de bonne qualité sont trop élevées. Nous reconnaissons cependant que les prévisions des analyses ont été revues à la baisse. Pourtant, lors d’un déplacement récent en Inde, nous avons pu constater combien, pour les investisseurs orientés rendements absolus en quête d’entreprises de qualité sur ce marché, les opportunités sont affectées par les valorisations actuelles de ces entreprises. Certains signes montrent que les segments périphériques de l’univers d’investissement pourraient subir des prises de bénéfices et pourraient être source d’opportunités aux investisseurs de long terme – tels que nous – pour acheter à des niveaux plus raisonnables. Il convient de reconnaître que notre but n’est pas de prédire ces événements, mais bien d’être en position de tirer parti de tout bouleversement éventuel.

Vu de l’extérieur

Actions émergentes : positionnement et opportunités (point marché du T1 2019)  | Janus Henderson Investors
Source: Getty Images

Les récents problèmes de liquidité dans le secteur des sociétés financières non bancaires en Inde ont mis en lumière la façon dont un système financier en croissance rapide peut devenir risqué. Des sociétés financières non bancaires affaiblies se retrouvent en grandes difficultés en raison de la présence dans leurs comptes d’un nombre croissant d’actifs de piètre qualité que le marché de gros ne veut plus financer. Un certain nombre de banques privées de tout premier plan disposent de modèles de financement moins risqués et sont en mesure de profiter de l’assèchement des liquidités pour acquérir des actifs

Les opportunités des actions indiennes sur le marché intérieur

Des élections sont prévues en Inde en 2019. Lors d’un récent déplacement dans le pays, il nous est clairement apparu que le gouvernement en place est en réalité moins populaire que ce que croient beaucoup d’investisseurs désireux de payer les multiples de valorisations extrêmement élevés de l’Inde.Les Indiens se sont lassés des politiques comme la démonétisation et l’introduction d’un nouveau régime de taxe sur les biens et services (GST).De plus, la faiblesse de la devise a limité le pouvoir d’achat d’une vaste frange de la population indienne dont les revenus sont bas.Une défaite électorale inattendue serait susceptible de créer une opportunité intéressante pour les investisseurs de long terme. Dans l’éventualité d’une forte correction du marché, nous pensons que l’Inde se transformerait en paradis de la sélection de titres, au vu de son vaste marché comprenant de nombreuses sociétés cotées de grande qualité.En plus des banques privées leaders, nous serions ravis d’avoir la possibilité d’acquérir à un prix plus abordable certaines activités orientées client de premier plan dans le pays, qui sont bien gérées et affichent des perspectives de croissance à plusieurs années.Certaines multinationales cotées feraient également l’affaire pour de bons investissements à long terme, si leurs valorisations étaient corrigées. Unilever, Heineken, Nestlé et Colgate ont tous des franchises de grande qualité en Inde cotées localement.Ainsi, Hindustan Unilever se négocie actuellement selon un multiple de cours/bénéfice prévisionnel (en mars 2019) de 60, ce qui veut dire qu’il faudrait une dévalorisation substantielle pour que nous puissions acheter cette société de qualité à un prix qui nous semblerait raisonnable.

*Source : Bloomberg, au 31 décembre 2018

En dehors de l’Asie, et notamment en Afrique, les valorisations semblent plus raisonnables, pour peu que l’on soit prêt à adopter une perspective de long terme. À mesure que les obstacles se résorbent, beaucoup d’entreprises africaines de qualité devraient renouer avec la croissance, ce que les valorisations actuelles ne semblent pas refléter. Après le rebond enregistré sur le marché local dans la foulée des élections d’octobre, nous avons une vision légèrement moins optimiste des opportunités à saisir parmi les actions brésiliennes. Les valorisations semblent désormais justes, en particulier au vu des difficultés sociales qui accompagneront la mise en œuvre du programme économique libéral du nouveau président.

Carnet de voyage à Taïwan

Récemment, l’équipe s’est rendue à Taïwan, un pays qui s’est révélé être un vivier d’entreprises de grande qualité ces dernières années. Taïwan occupe une position stratégique étant donné sa proximité, ainsi que ses liens économiques et politiques avec la Chine, dont elle n’est séparée que par le détroit de Taïwan. Ce pays, qui compte environ 23 millions d’habitants, est un bastion mondial de la fabrication de produits high-tech.

Actions émergentes : positionnement et opportunités (point marché du T1 2019)  | Janus Henderson Investors
Source: Getty Images

Si elle est de facto autonome, l’île n’a toutefois jamais déclaré formellement son indépendance de la Chine. D’ailleurs, en janvier 2019, le président chinois Xi Jinping a déclaré que « la Chine doit être réunifiée et elle le sera ». Cette relation compliquée fait planer une menace sur de nombreuses entreprises taïwanaises avec lesquelles nous nous sommes entretenues.

Prise en compte des risques

Nous continuons de réfléchir aux risques qui pèsent sur les entreprises dont nous sommes actionnaires et reconnaissons que la relation tendue entre la Chine et Taïwan est susceptible de perturber leur activité. Toutefois, nous avons appris au fil des ans qu’en soutenant des entreprises de grande qualité, résistantes et dont les dirigeants et les actionnaires font traditionnellement preuve d’intégrité, nous pouvons atténuer significativement les risques pour notre portefeuille qui découlent d’événements impossibles à prévoir ou à contrôler et faire ainsi fructifier le capital dans la durée.

Perspectives

Après une période optimiste et des valorisations à la hausse en début d’année, l’appétence pour la catégorie des actifs émergents s’est réduite au cours de la période. Il semble bien que plusieurs lignes de fractures soient apparues dans ces régions et, plus largement, partout dans le monde. Nous sommes conscients de la nécessité de rester fidèles à nos convictions, de ne faire aucun compromis sur la qualité, de maintenir une approche à long terme et de suivre une discipline de valorisation rigoureuse. À long terme, nous restons optimistes quant aux opportunités créées, pour les investisseurs en actions, par la tendance structurelle d’amélioration du niveau de vie dans certaines régions des pays en développement.

Enfin, il convient sans doute de souligner qu’alors que la liquidité continue de baisser au sein du système financier mondial, l’allocation du capital renoue avec le bon sens. Nous avons vu lors d’un déplacement en Chine l’an passé les amoncellements de vélos de location d’entreprises comme Ofo et Mobike. Ils s’accumulaient partout, formant des tas énormes sur les trottoirs. Il s’agissait là du résultat de nombreuses sociétés en compétition les unes contre les autres pour participer à l’« économie du partage ». Aux dernières nouvelles, des problèmes de flux de trésorerie et un rendement insuffisant sur le capital forcent aujourd’hui le fondateur d’Ofo à envisager la faillite. Nous estimons que si un tel sursaut a lieu dans ces segments et dans d’autres domaines liés qui ont placé la croissance au-dessus des rendements, cela rappellera aux investisseurs la valeur des entreprises qui ont su allouer leurs capitaux et gérer prudemment leurs bilans.