Alors que les nouvelles technologies développées par l'industrie automobile n’ont jamais rendu les véhicules modernes aussi sûrs, efficaces et respectueux de l'environnement, des efforts sont encore nécessaires pour améliorer la sécurité routière et réduire le nombre de morts et de blessés sur les routes.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les accidents de la route provoquent chaque année la mort de 1,3 million de personnes et infligent des blessures non mortelles à 20 à 50 millions de personnes, ce qui pèse lourdement sur les ressources médicales mondiales.1 Plus de la moitié des décès dus aux accidents de la route concernent des usagers vulnérables, à savoir les piétons, les cyclistes et les motocyclistes.2 Les accidents de voiture sont également néfastes pour l'environnement, car ils entraînent souvent des fuites d'essence, d'huile et d'autres fluides qui rejettent des substances chimiques nocives dans l'environnement. La plupart des véhicules impliqués dans un accident sont mis à la casse et remplacés, et finissent à la décharge.

Les coûts associés aux accidents de la route sont supportés par l'ensemble de la société, non seulement en termes de pertes tragiques de vies humaines, mais aussi en termes de perte de productivité, de retards et de la charge qu'ils font peser sur les systèmes et les infrastructures de santé. L'OMS estime que les accidents de la route coûtent à la plupart des pays 3 % de leur produit intérieur brut et que 93 % des décès sur la route se produisent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, alors que ces pays possèdent environ 60 % des véhicules à l’échelle mondiale.3

En août 2020, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution sur « l'amélioration de la sécurité routière mondiale », prévoyant un objectif ambitieux de prévention d'au moins 50 % des décès et des blessures dus aux accidents de la route d'ici à 2030.4 Les entreprises développant des technologies de pointe ont donc l’opportunité de rendre les voitures modernes plus sûres, plus intelligentes et plus durables.

Figurant parmi les leaders mondiaux du secteur des technologies automobiles, Aptiv estime que la « sécurité active » joue un rôle crucial dans la prévention des accidents de la route. Basée en Amérique du Nord, Aptiv propose des technologies de mobilité, telles que des capteurs radar, des options d'aide à la conduite et de conduite automatique, qui ont vocation à mieux connecter les conducteurs avec leurs véhicules et leur environnement et à rendre les routes plus sûres pour tous les usagers.

article-image_Aptiv-making-vehicles-safer_chart01_FR

Standardisation de la sécurité

La sécurité des voitures a beaucoup évolué depuis que General Motors a effectué son tout premier crash test en 1934. Dans les années 1950, divers dispositifs de sécurité ont été introduits, notamment les airbags, des systèmes de freinage plus fiables et la ceinture de sécurité à trois points. Dans les années 50, le concept de « zone de déformation » a été créé, selon lequel les voitures pouvaient être conçues pour protéger les conducteurs et les passagers en absorbant l'impact d'une collision. Malheureusement, il a fallu beaucoup de temps pour que ces dispositifs de sécurité deviennent obligatoires dans tous les véhicules.

Dans les années 1990 et 2000, la sécurité automobile a fait un bond en avant avec l'introduction de systèmes électroniques embarqués et de technologies informatiques qui ont permis aux conducteurs de mieux contrôler leur véhicule. Il s'agit notamment des systèmes d'assistance au freinage, du contrôle électronique de la stabilité et d'autres dispositifs basés sur des capteurs, tels que les systèmes d'alerte de franchissement de ligne, le freinage d'urgence autonome et les systèmes d'information sur les angles morts.5

La sécurité automobile commence naturellement par le conducteur. La National Highway Traffic Safety Administration estime que 94 % des accidents de la route sont dus à une erreur du conducteur, et que 85 % de ces accidents s’expliquent par :

  • une erreur de reconnaissance - comme l'inattention, les distractions internes et externes et une mauvaise observation ;
  • une erreur de décision - conduite trop rapide, mauvaise évaluation des courbes et des virages, manœuvres illégales ou mauvaise interprétation des actions des autres conducteurs ; et
  • une erreur d’exécution - comme une surcompensation lors du braquage ou du freinage, ou un manque de contrôle de la direction. L'endormissement, non considéré comme une erreur d’exécution, est une autre cause fréquente d'accidents de la route et de collisions.6

Fonctions de sécurité intégrées

Aptiv propose aux constructeurs automobiles une « architecture de véhicule » complète qui regroupe le matériel électronique, les communications réseau, les applications logicielles et le câblage en un seul système entièrement intégré. Ce système contrôle tous les aspects des fonctions du véhicule, de la commande du véhicule aux systèmes de sécurité active avancés, tels que les systèmes de freinage antiblocage et le contrôle électronique de la stabilité.

Les systèmes de sécurité active constituent le principal dispositif de sécurité des automobiles dans la mesure où ils jouent un rôle crucial dans la prévention des accidents. Les systèmes de sécurité active actuels d’Aptiv sont de niveau 1 et 2 sur l’échelle des niveaux d’autonomie. Le niveau 5, quant à lui, représente un véhicule entièrement autonome et viable sur le plan commercial. En plus d'offrir un accès élargi à la mobilité aux conducteurs, les véhicules autonomes devraient réduire considérablement le nombre d'accidents et de collisions liés à la conduite.

Le détecteur d’angle mort et les caméras (avant et latérales) d’Aptiv sont des exemples de systèmes avancés d’aide à la conduite. Le détecteur d’angle mort peut alerter le conducteur des obstacles présents dans les angles morts autour du véhicule et les caméras facilitent la prise en compte du trafic par le conducteur lors des changements de voie. Aptiv estime que ces deux technologies pourraient contribuer à éviter près de 400 000 accidents par an aux États-Unis.

Aptiv produit également des systèmes de freinage automatique en marche arrière. Il s’agit d’une technologie de prévention des accidents qui peut détecter une collision arrière imminente avec un autre véhicule assez tôt pour l’éviter ou l’atténuer. L’Insurance Institute for Highway Safety, une organisation à but non lucratif financée par le secteur de l’assurance, a estimé que cette technologie permettait de réduire les collisions entre véhicules avant/arrière de 50 %8.

Notes de bas de page:

1 Organisation mondiale de la santé, « Road traffic injuries », 7 février 2020. [consulté le 19 juillet 2021].

2 Organisation mondiale de la santé, « Road traffic injuries », 7 février 2020. [consulté le 19 juillet 2021].

3 Organisation mondiale de la santé, « Road traffic injuries », 7 février 2020. [consulté le 19 juillet 2021].

4 Nations Unies, Campagne « Streets for Life », [consulté le 19 juillet 2021].

5 AA, « The evolution of car safety features », [consulté le 19 juillet 2021].

6 S. Singh, « Critical Reasons for Crashes Investigated in the National Motor Vehicle Crash Causation Survey, » National Highway Traffic Safety Administration, Washington, DC, 2015.

7 PR Newswire, « Introducing Motional: The Hyundai Motor Group and Aptiv Autonomous Driving Joint Venture Unveils New Identity », 11 août 2020 [consulté le 19 juillet 2021].

8 Forbes, « Rear Automatic Emergency Braking Works Well, Study Says », 15 janvier 2021 [consulté le 19 juillet 2021].