Dans cette première vidéo d’une série consacrée aux implications scientifiques et en matière d’investissement de la pandémie de coronavirus, Andy Acker, gérant de portefeuille de la stratégie Global Life Sciences, et Agustin Mohedas, analyste spécialisé dans les biotechnologies, expliquent les dernières mesures prises pour freiner la propagation du COVID-19. Ils expliquent également comment ils envisagent le calendrier d’un éventuel retour à la normale dans l’économie mondiale.

  Principaux points à retenir

  • Certains modèles proposent une feuille de route en quatre phases pour assurer la reprise économique après la pandémie de coronavirus. Pour limiter la propagation du COVID-19 et passer d’une phase à l’autre, les tests cliniques joueront un rôle essentiel, d’autant plus que de nombreux individus sont porteurs du virus sans présenter de symptômes.
  • Actuellement, la communauté scientifique a entrepris le développement de plusieurs types de traitements et de vaccins, mais nous devrons probablement attendre au moins le début du second semestre 2020 avant qu’une thérapie ne soit disponible et la seconde moitié de 2021 pour qu’un vaccin soit approuvé.
  • Bien que la phase la plus aiguë de la pandémie soit peut-être bientôt derrière nous, il nous semble irréaliste de s’attendre à ce que l’activité économique revienne à des niveaux normaux à court terme, et nous attribuons les récents rebonds des marchés à des perspectives trop optimistes.
  • Nous avons constaté un net repli dans le secteur des soins de santé, ce qui, selon nous, a conduit à des valorisations plus intéressantes dans cet univers. Parallèlement, certains secteurs des soins de santé font preuve de résilience, notamment les sociétés pharmaceutiques qui commercialisent par correspondance des médicaments ou des produits injectables, comme l’insuline. D’autres segments, tels que les dispositifs médicaux, pourraient voir la demande rebondir rapidement une fois que les mesures de distanciation sociale commenceront à être assouplies.