Pour investir durablement, il est nécessaire de définir une approche claire, en adéquation avec les objectifs financiers de l’ensemble des parties et mise en œuvre de manière rigoureuse et cohérente. Dans le premier article d’une nouvelle série, l’équipe actions durables internationales (« Global Sustainable Equity ») chez Janus Henderson Investors présente les moyens d’y parvenir.

La multiplicité des acronymes liés à l’investissement durable explique aisément que cela puisse être déroutant (voire frustrant) d'essayer de voir clair au travers du prisme environnemental et social en matière d’investissement.

De l’« ISR » à l’« ESG », en passant par les « ODD »... on pourrait penser que le secteur dresse ses propres barrières à l’entrée, qui peuvent décourager d’avance certains investisseurs. De plus, l’investissement durable recouvre un large éventail de questions et d’enjeux qui peuvent être intégrés aux diverses classes d’actifs et stratégies d'investissement de manière différente.

L’objectif étant de réaliser des investissements visant à obtenir des résultats tant sur le plan social, environnemental et en matière de gouvernance que sur le plan financier, les manières d’y parvenir sont multiples.

C'est pourquoi les investisseurs devraient garder à l’esprit les six éléments suivants qui nous semblent être les clés du développement d’une approche et d’une stratégie d’investissement durable :

1) Adéquation

  • Le premier facteur décisif pour les investisseurs est de s'assurer d’être en adéquation, et ce de différentes manières : adéquation entre les objectifs financiers d’un investisseur et ses valeurs et croyances en matière de stratégie ; adéquation entre les objectifs financiers d’un investisseur et son obligation fiduciaire d’atteindre les objectifs financiers des parties prenantes ; adéquation entre l’investisseur et le gérant de fonds sur la réalisation du mandat accordé et du processus défini ; et adéquation entre l’investisseur et les équipes dirigeantes des sociétés dans lesquelles celui-ci investit.

2) Intégration

  • La prise en compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) doit faire partie intégrante du fonctionnement quotidien et des décisions d’investissement, au lieu d'être traité de facon distincte, ou même d'une réflexion après coup. Cela implique d’intégrer les facteurs de risque ESG dans le cadre élargi de gestion des risques en définissant des limites formelles, quantifiables et réalistes.

3) Adhésion

  • Les investisseurs doivent adhérer à l’idée que l’intégration des facteurs ESG dans leur approche d’investissement, de quelque manière que ce soit, constitue un moyen d’améliorer leur capacité à générer de meilleures performances ajustées du risque pour leurs clients. En raison de leur nature, les facteurs environnementaux et sociaux continueront à se manifester sur les années ou les décennies à venir et cela implique que l’horizon d’investissement et les attentes des investisseurs soient raisonnables.

4) Clarification de l’objectif

  • Le rôle et les objectifs de l’approche ESG doivent être clairement intégrés, formulés et documentés dans une philosophie et un processus d’investissement. Cette visibilité est nécessaire pour que toutes les parties prenantes, internes ou externes, puissent comprendre pourquoi et comment ces trois facteurs, « E », « S » et « G », sont intégrés à la stratégie d'investissement et contribuent à générer des performances.

5) Communication

  • En matière de reporting obligatoire, la transparence est de rigueur. Il en va de la responsabilité des investisseurs de prouver que leurs actes sont en adéquation avec leurs paroles. Les nombreuses définitions et approches de l’investissement durable peuvent semer la confusion, c'est pourquoi il convient de différencier les stratégies en démontrant la cohérence entre la philosophie formulée par les investisseurs et la manière dont les décisions affectent les résultats.

6) Collaboration

  • L’efficacité des partenariats externes est une valeur essentielle pour la réalisation des objectifs d’investissement de la stratégie. Cela revient à formuler un projet afin de garantir une coordination et une communication claires et efficaces entre tous les partenaires : gérants de fonds, administrateurs, comité d'investissement et bien d'autres.

Bien qu’il y ait de nombreuses méthodes pour intégrer les facteurs ESG dans le portefeuille des investisseurs, nous privilégions les approches pratiques qui s'attachent à rendre l’investissement durable accessible à tous les types d’institutions.

Celles-ci aideront les investisseurs à s'assurer qu’ils soient en mesure de définir et de gérer une stratégie d'investissement durable dans un cadre structuré et cohérent.