Jeremiah Buckley, co-gérant du fonds Janus Henderson Balanced Fund, et Doug Rao, co-gérant du fonds Janus Henderson US Forty Fund, échangent sur les contours de la prochaine phase de rupture technologique et sur certaines de ses implications en matière d'investissement.

La rupture numérique crée des gagnants et des perdants

Comme nous l'avons indiqué précédemment, nous assistons à une rupture technologique généralisée : l'adoption de nouvelles technologies dans l'économie mondiale et le remplacement simultané des anciennes technologies. Selon le côté de la fracture numérique où l’entreprise se situe, cette évolution constitue soit une menace soit une opportunité. La rupture technologique est en train de créer une ligne de démarcation claire entre les sociétés qui épousent cette transformation et les autres. Il y a d’un côté les entreprises qui s'adaptent en tirant parti de leurs droits de propriété intellectuelle (PI) ou qui investissent dans le but de transformer leurs activités, et de l’autre celles qui se débattent avec des actifs hérités du passé. Selon nous, de nombreuses entreprises se situent du mauvais côté de cette tendance : soit elles seront délaissées, soit elles devront accepter la perspective de coûts d'investissement élevés et complexes pour rattraper leur retard.

La prochaine phase de rupture

Nous pensons que la prochaine phase de rupture commencera avec les entreprises qui ont su se créer un avantage décisif au cours de la première vague. Les grands fournisseurs de plateformes numériques utilisent leur envergure et les énormes quantités de données collectées pour mettre en œuvre l'intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage automatique (« learning machine »), domaines qui selon nous feront partie des technologies essentielles pour alimenter la croissance future. Cela dit, les interventions gouvernementales pourraient freiner l’essor de ces entreprises de rupture.

Paradoxalement, nous considérons qu’une partie de cette prochaine phase sera synonyme de démocratisation technologique. Les technologies avancées deviennent en effet accessibles aux entreprises de toutes tailles. Ce nivellement est l'une des raisons pour lesquelles nous pensons que la révolution technologique pourrait durer longtemps.

Nous avons la conviction que les entreprises qui ont investi pour établir des relations numériques directes avec leurs clients tireront leur épingle du jeu. Pour continuer à générer de la croissance organique, nous pensons que les entreprises auront de plus en plus besoin d'une relation directe avec leurs clients et de solides interactions avec ces derniers, ce que la technologie a contribué à faire émerger. Nous décelons également des opportunités chez des entreprises qui ont investi de façon stratégique dans les services cloud tels que les infrastructures de réseaux et les logiciels en tant que services (SaaS). Ces services cloud contribuent en effet à accélérer les cycles d'innovation. Ces outils aident à rendre les entreprises plus agiles et plus adaptables. Ils permettent également aux entreprises d’externaliser les coûteux réseaux internes, de partager les données plus facilement au sein de leurs organisations, et de déployer les logiciels de manière plus efficace.

Nous identifions un potentiel de croissance dans des domaines plus inattendus car les secteurs traditionnels exploitent aussi les technologies de manière innovante. Dans le secteur du transport, certaines entreprises ont investi dans des capteurs et des outils d’analyse de données afin de comprendre où leurs actifs se situent dans les réseaux et comment elles peuvent être plus efficaces et offrir un meilleur service à leurs clients. Par exemple, un grand fabriquant de biens d’équipement a fait de la croissance de l'agriculture de précision sa priorité. Cette société est désormais en mesure d’équiper les machines agricoles de capteurs et de systèmes qui recueillent et analysent les données. Cela permet aux agriculteurs de mieux préparer les champs en fonction de l'état du sol, d’améliorer l’emplacement et l'espacement des semences, d’appliquer les engrais plus efficacement, et d’optimiser in fine les récoltes. Des avancées technologiques comme celles-là, qui apportent de la valeur aux agriculteurs, peuvent conduire à un cycle de modernisation du secteur et alimenter la croissance.

Le secteur de la distribution a été particulièrement touché par l’adoption par les consommateurs des plateformes de commerce en ligne. Mais nous avons remarqué que certains distributeurs commençaient à tirer parti de la technologie pour améliorer leur position concurrentielle. Les entreprises ont désormais la possibilité d'utiliser l’IA pour analyser les données relatives aux habitudes de consommation en ligne de leurs clients. Grâce à ces données, elles sont en mesure de proposer de meilleures offres à leurs clients, ce qui pourrait entraîner une augmentation de leurs ventes.

Nous pensons que l'adaptation des entreprises aux nouvelles technologies peut continuer à stimuler la croissance. Mais pour chaque société qui adopte les technologies de façon innovante, d’autres entreprises sont menacées si elles ne parviennent pas à s'adapter.

Implications en matière d'investissement

Malgré une croissance rapide, nous identifions encore des opportunités, en particulier sur notre marché de prédilection des grandes capitalisations américaines. Bon nombre des plus grandes sociétés technologiques de la planète sont basées aux États-Unis, et ce marché a été l’un des grands pourvoyeurs de croissance et d'innovation pour le monde. Nous prévoyons que cela va perdurer. Du point de vue de l'innovation, nous pensons qu'il existe encore des opportunités de croissance individuelle, et ce malgré les inquiétudes géopolitiques et macro-économiques.

La rupture technologique a eu des répercussions sur l’ensemble des entreprises que nous analysons. La seule ampleur de l'utilisation potentielle des technologies est énorme. Même s'il existe des applications remarquables, la technologie fait désormais partie intégrante de notre vie quotidienne. La technologie ayant bousculé les entreprises dans l’ensemble de l'économie, elle a également permis de mieux comprendre la façon dont les investisseurs les évaluaient. Les investisseurs doivent comprendre ce que les entreprises font pour s'adapter à ce grand changement technologique. Selon nous, la rupture numérique représente en effet le principal facteur ayant une incidence sur les fondamentaux des entreprises. Steve Schwarzman, le fondateur et PDG historique de Blackstone, la plus grande société de capital-investissement au monde, a récemment apporté l’éclairage suivant :

« La technologie est aujourd'hui la force la plus profonde de l'investissement : elle est tellement « disruptive » que peu de sociétés non technologiques seront en mesure de résister aux changements qu'elle apporte en matière de préservation de leurs modèles économiques. Ainsi, chaque fois que vous examinez aujourd'hui le monde de l'investissement, vous pouvez vous pencher sur la technologie elle-même. C’est vraiment fascinant et la croissance est très forte. Mais il faut aussi regarder toutes les autres sociétés et se demander : « Vont-elles être un bénéficiaire ou une victime de ces profonds changements ? ». Cela a vraiment changé le regard que quiconque bien informé porte sur l'investissement. » Steve Schwarzman