Hamish Chamberlayne, responsable de la gestion Actions durables internationales, revient sur ce début d’année 2021 et examine les opportunités à venir dans le domaine du développement durable.

Principaux points à retenir :

  • Les nations les plus puissantes économiquement favorisent de plus en plus les initiatives axées sur la durabilité avec un soutien à la fois politique et budgétaire en faveur de la décarbonation et de l'électrification.
  • La demande de semi-conducteurs s'est renforcée alors que l’intensification de la numérisation rend nécessaire la construction de centres de données.
  • À court terme, nous nous attendons à une certaine normalisation et à un retour à la moyenne. Nous pensons toutefois que la pandémie a accéléré et consolidé certaines tendances et que bon nombre des changements sociétaux et économiques observés perdureront.

La hausse du marché haussier commencé en avril 2020 s'est poursuivie au premier trimestre 2021, sous l'impulsion des secteurs du marché les plus sensibles à l'économie et aux taux d'intérêt. Un an après le début de la pandémie mondiale, les campagnes de vaccination contre la COVID sont à présent bien engagées bien qu’il existe des disparités entre les pays. En dépit des inquiétudes qu’engendre l’apparition de variants du virus, il semble que les investisseurs aient intégré dans les cours des actions la levée progressive des restrictions et une voie vers la normalisation de l'activité économique.

Le président Joe Biden fait des avancées en matière de durabilité

Du point de vue de la durabilité, nous sommes heureux des mesures prises par la nouvelle administration américaine afin de lutter contre le changement climatique. Le changement climatique apparaît clairement comme une priorité pour le gouvernement au vu des nominations au sein de l’administration Biden. Des experts en énergies renouvelables et en investissements durables, des responsables de santé publique, des juristes spécialisés dans l'environnement et des partisans de la neutralité carbone se sont vu attribuer des rôles de premier plan. La nomination d'une conseillère nationale pour le climat - Gina McCarthy, l'ancienne directrice de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) sous l’administration Obama - témoigne également d'une intention claire de s'attaquer aux problèmes climatiques. Dans le cadre de son mandat, Mme McCarthy a l'intention de faire en sorte que l’ensemble du gouvernement prenne en compte le climat, la réduction des inégalités et la création d'emplois.

Parallèlement à ces nominations, nous avons maintenant pris connaissance des détails du projet de loi du Président Biden sur la relance budgétaire de plus de 2 000 milliards de dollars, l'American Jobs Plan. Il aborde de nombreux aspects de l'économie américaine, mais l'accélération de la transition vers une économie et une société américaines plus vertes, plus propres et plus saines est clairement au cœur de ce plan. Le projet de loi contient des dispositions importantes qui visent à assainir l'approvisionnement en eau potable, à électrifier une partie de la flotte d'autobus scolaires, à rénover les bâtiments en suivant des normes environnementales plus strictes, à réduire davantage l'utilisation du charbon et du gaz dans le mix énergétique, à fournir des incitations fiscales pour l’achat de véhicules électriques et, de manière générale, à investir dans l'infrastructure électrique et les énergies renouvelables du pays.

Un mouvement mondial en faveur de la décarbonation

Outre les États-Unis, de nombreuses autres initiatives centrées sur la durabilité ont vu le jour dans plusieurs pays parmi les plus puissants économiquement. À la fin de l'an passé, la Chine a fait part d’un important plan de décarbonation, l'Allemagne a étendu ses subventions aux véhicules électriques et le Royaume-Uni s'est fixé pour objectif d'alimenter tous les foyers britanniques en énergie éolienne d'ici 2030.  En tant qu'investisseurs en actions durables, ces nominations et ces plans d'investissement sont enthousiasmants. Nous passons notre temps à rechercher des entreprises et des modèles économiques qui, selon nous, se situent du bon côté des tendances durables et nous pensons qu'un soutien politique et budgétaire supplémentaire en faveur de l'agenda climatique à travers le monde élargit non seulement notre univers d'investissement mais aussi les performances potentielles.

La demande de semi-conducteurs explose

La pénurie de semi-conducteurs a freiné la production d'automobiles, d'électroménager, d'ordinateurs et de smartphones. Il s’agit là d’une des dynamiques économiques mondiales les plus marquantes du trimestre. La demande de semi-conducteurs a connu une augmentation massive en raison de la numérisation croissante de l'économie tout au long de la pandémie. La construction de centres de données, la demande d'ordinateurs et d'appareils de jeu mobiles et la numérisation croissante du parc automobile ont contribué à l'augmentation de la demande.

En même temps, les catastrophes naturelles qui ont touché les usines de fabrication au Japon et au Texas ont engendré les déficits de production. Ce phénomène a été exacerbé par les sanctions imposées à certains fabricants chinois. Cela a conduit plusieurs des plus grands fabricants de semi-conducteurs à intensifier leurs plans d'investissement, ainsi qu’au soutien politique aux États-Unis afin de faire croitre la production nationale. Les cours des actions de nombreuses sociétés liées aux semi-conducteurs se sont donc très bien comportés et nos positions dans Lam Research et ASML en ont clairement profité.

Le cours de l'action de Tesla a continué de progresser au cours de la première moitié du trimestre suite à l'annonce de chiffres de production record au trimestre précédent. Cependant, l’information selon laquelle elle a investi une somme importante en bitcoins a soulevé des questions sur ses structures de gouvernance et sur l'utilisation de l'argent de l'entreprise pour soutenir les projets favoris de son PDG, Elon Musk. Nous avons toujours adopté une approche mesurée et consciente du risque en investissant dans Tesla. C’est pourquoi, nous avons profité de la vigueur du titre en début d’année pour prendre des bénéfices supplémentaires et réduire la taille de notre position.

Le lien entre numérisation, électrification et décarbonation

Numérisation, électrification et décarbonation. Il s’agit là des thèmes d’investissements sur lesquels nous nous concentrons le plus. Nous pensons que ces dynamiques ont un impact sur tous les secteurs et à tous niveaux de l'économie mondiale. Ces thèmes d'investissement déjà bien ancrés se sont accélérés en raison des événements de l'an dernier et nous pensons qu'il s'agit d'un puissant vecteur d'un changement salutaire pour atteindre les objectifs sociétaux et environnementaux du développement durable. La numérisation contribue au développement économique et à l'émancipation sociale et nous pensons qu'elle est étroitement liée à la décarbonation. Il convient de reconnaître que cette tendance a un impact sur tous les secteurs d'activité et brouille les lignes de démarcation entre ces derniers. D'aucuns appellent cela la « Quatrième révolution industrielle ».

Perspectives

Alors, que nous réserve l'avenir ? Lorsque l'on réfléchit aux perspectives des marchés et que l'on s'efforce de déceler des opportunités d'investissement, il convient de faire la distinction entre le court terme et le long terme. À court terme, nous avons conscience que certains pans du marché présentent une valorisation élevée. Alors que les banques centrales mènent une politique monétaire extrêmement accommodante pour soutenir la croissance, les conditions sont bel et bien réunies pour une poursuite de la hausse des marchés actions. Toutefois, nous devenons plus sensibles aux valorisations dans l'immédiat. C'est pourquoi nous continuons de faire preuve de discipline dans la construction de notre portefeuille.

Nous sommes optimistes sur un horizon pluriannuel. Nous décelons des tendances d'investissement d'envergure et persistantes, qui sont étroitement liées au développement durable. Avec des États-Unis ralliés à la cause du climat, l'Union européenne qui place l'investissement axé sur le climat au cœur de son plan de relance économique et la Chine qui a récemment réaffirmé son attachement à l'investissement vert et à la décarbonation, les planètes sont en train de s'aligner pour parvenir à un formidable essor, synchronisé à l'échelle mondiale, de l'investissement dans les technologies vertes et l'énergie propre. Nous tablons sur une certaine normalisation et un retour de balancier avec le déploiement des vaccins mais nous pensons que cette pandémie a accéléré et cimenté certaines tendances, de sorte que les bouleversements sociétaux et économiques que nous avons connus s'avéreront durables.

Glossaire

Politique budgétaire : désigne la politique du gouvernement relative à la fixation des taux d’imposition et des niveaux de dépenses. Relance budgétaire : désigne une augmentation des dépenses publiques et/ou une réduction des impôts.

Politique monétaire : politique d’une banque centrale, visant à influencer le niveau d’inflation et de croissance d’une économie. Elle comprend le contrôle des taux d’intérêt et de la masse monétaire. Les mesures de soutien monétaire font référence à une banque centrale qui augmente l’offre de monnaie et réduit les coûts d’emprunt.