Le gérant assistant David Chung explique comment les thèmes à long terme qui façonnent le secteur industriel pourraient se renforcer alors que nous sommes confrontés à un environnement économique en pleine évolution.

Principaux points à retenir :

  • Les marchés s'adaptent aux pressions d'un environnement mouvant, marqué par une inflation croissante, des politiques budgétaires et monétaires en évolution et des tensions géopolitiques exacerbées par le conflit entre la Russie et l’Ukraine.
  • En conséquence, les tendances à long terme qui façonnent le secteur industriel (dépendance accrue à l'égard des technologies de défense, réorganisation des chaînes d'approvisionnement, relocalisation et automatisation des processus) sont scrutées de près par les investisseurs.
  • Nous pensons que certains thèmes restent non seulement d’actualité, mais qu'ils pourraient même être renforcés par la complexité des marchés actuels.

Les pressions d'un environnement en mutation (inflation persistante, changement de politique tant budgétaire que monétaire et situation géopolitique mouvante) sont cette année au centre des préoccupations des marchés. Elles s’accompagnent de conséquences économiques significatives. Ces effets ont été particulièrement marqués dans le secteur industriel.

L’état actuel du secteur

Avant même la guerre entre la Russie et l’Ukraine, l'offre de main-d'œuvre, l'inflation et les perturbations des chaînes d'approvisionnement avaient déjà un impact sur l'industrie manufacturière dans son ensemble. L'absentéisme, un taux de démission supérieur à la normale et des retraites anticipées ont pesé sur l'offre de main-d'œuvre depuis le début de la pandémie, exerçant une pression inflationniste sur les salaires, et en fin de compte sur les prix de nombreux produits. Les confinements successifs imposés par la COVID, en particulier en Chine, ont fortement perturbé les chaînes logistiques mondiales. Les usines étant fermées, cela a fortement contraint les approvisionnements. Les pénuries de composants perdurent, et l’approvisionnement en puces à semi-conducteurs, qui sont utilisées dans un nombre croissant de produits, commence tout juste à montrer quelques signes d’amélioration après une période particulièrement difficile.

La guerre entre la Russie et l'Ukraine est venue exacerber les dysfonctionnements existants. Les prix des matières premières se sont envolés à mesure que le conflit asséchait les chaînes d’approvisionnement et que l'Occident reconsidérait sa dépendance à l'égard des matières premières russes. Il s’agit bien sûr du pétrole et du gaz naturel, mais la Russie est également un important exportateur de métaux industriels tels que le nickel, l'acier ou l'aluminium.

Les entreprises ont été pénalisées par le désarrimage des économies de la Russie, les équipementiers et les constructeurs automobiles en étant des exemples frappants. Le palladium russe est essentiel à la fabrication de pots catalytiques des véhicules et l'Ukraine est un important fournisseur de faisceaux de câbles pour le secteur automobile. Celui-ci est non seulement confronté à ces effets sur les chaînes d'approvisionnement et à une baisse de sa production, mais aussi à un environnement général de marché peu enclin à prendre des risques. La dynamique récente a fait craindre que la hausse de l'inflation et la baisse de la confiance des consommateurs ne réduisent la demande. Le secteur pourrait ne pas bénéficier de tendances positives telles que le reflux global de la pandémie de COVID ou l’amélioration dans l'approvisionnement des composants électroniques.

Les entreprises pourraient chercher à répercuter toute nouvelle hausse des coûts sur le consommateur, mais une question demeure : combien de temps cette inflation peut perdurer avant que la demande ne s'effondre ? L'excèdent d'épargne et la solidité de la plupart des marchés ont permis aux consommateurs et aux entreprises de se doter de solides bilans. Malgré cet excédent d’épargne constitué pendant la pandémie, certains craignent que les limites en matière de hausse de tarifs ne soient bientôt atteintes, en particulier dans les marchés concurrentiels.

Des lueurs d'optimisme

Il est clair que la guerre entre la Russie et l’Ukraine a brouillé une situation économique déjà complexe. Nous sommes conscients que les sanctions et les destructions dans la région pourraient avoir des répercussions durables en matière d'inflation. Cela dit, le tissu industriel sous-jacent semble pouvoir résister au resserrement attendu de la Réserve fédérale (Fed) et au conflit en Ukraine, à moins d'une grave escalade ou d'une attaque nucléaire. Les chiffres les plus récents sur la production manufacturière (telle que mesurée par l'indice des directeurs d'achat PMI) montrent une activité robuste et l’état d’esprit des dirigeants interrogés reste positif. Le faible niveau des stocks de biens d'équipement impose de les reconstituer, ce qui devrait soutenir la demande.

Toutefois, nous commençons à constater une certaine amélioration dans l’approvisionnement en matières premières. S’agissant des pénuries de composants, de nombreuses entreprises prévoient une amélioration au second semestre 2022. S’agissant des contraintes liées à l'offre de main-d'œuvre, beaucoup d’entre elles enregistrent actuellement le taux d'absentéisme le plus bas depuis l'été dernier, la propagation du variant Omicron s’étant essoufflée. Les récents confinements liés à la COVID et imposés par la Chine pourraient entraîner de nouveaux problèmes de logistique et d'approvisionnement, mais la situation sur le front de la pénurie de semiconducteurs et des embauches est en train de s'améliorer. À l'échelle des entreprises individuelles cependant, les équipes de direction ont généralement fait preuve d’optimisme quant aux tendances sous-jacentes de la demande dans leurs activités respectives, tout en reconnaissant que le contexte opérationnel restait difficile.

Renforcement des thèmes à long terme

Comme nous l'avions déjà écrit, la technologie de défense, l'automatisation et la réorganisation des chaînes d'approvisionnement constituent des thèmes centraux qui peuvent stimuler la croissance à long terme du secteur industriel. Les évolutions du marché qui se dessinent actuellement, et qui selon nous auront des conséquences durables, ne font que renforcer notre conviction à l'égard de ces thèmes.

Par exemple, le dernier trimestre a clairement mis en évidence le caractère stratégique de l'industrie de la défense. Le budget proposé pour l'exercice 2023 du ministère américain de la défense s'élève à 773 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation d'environ 4,1 % par rapport à 2022. Dans le cadre du débat en cours, et avec les élections de mi-mandat qui se profilent à l'horizon, ce budget de la défense pourrait encore augmenter. Dans le même temps, tout indique que la demande des pays de l'Union européenne est en augmentation, ces derniers cherchant à renforcer leur arsenal de défense face à une attitude toujours plus menaçante de la Russie. Avec la fin des restrictions imposées par la COVID et la réouverture des installations de l’armée américaine, certaines entreprises de défense pourraient commencer à engranger davantage de contrats, ce qui pourrait alimenter une croissance plus forte l'année suivante.

Nous pensons que nous sommes au début d'une période de croissance soutenue pour l'automatisation dans le secteur industriel. L'inflation structurelle des salaires due à la pénurie de personnel qualifié et à l'augmentation des coûts de main-d'œuvre conduira probablement à une plus grande automatisation, en particulier dans les usines. Dans le même temps, les bouleversements géopolitiques n'ont fait qu'accélérer les efforts des entreprises visant à renforcer leurs chaînes d'approvisionnement et leurs outils de production, qu’ils soient délocalisés ou proches des centres de décision.

En conclusion, nous sommes confrontés à un environnement volatil soumis à des facteurs qui toucheront l'ensemble du secteur industriel. Selon nous, les entreprises industrielles dotées de bilans solides et d'avantages concurrentiels durables (également liés à ces thèmes en phase de renforcement) peuvent offrir aux investisseurs des opportunités de croissance à long terme.

 

Politique monétaire : politique d’une banque centrale visant à influencer le niveau d’inflation et de croissance d’une économie. Elle comprend le contrôle des taux d’intérêt et de la masse monétaire.

Indices des directeurs d’achat : L’indice des directeurs d’achat (PMI) est un indicateur précoce de la santé économique du secteur manufacturier d’une économie. Il est basé sur cinq indicateurs : les nouvelles commandes, le niveau des stocks, la production, les livraisons des fournisseurs et la conjoncture liée à l’emploi.

Les secteurs industriels peuvent être considérablement pénalisés par les tendances économiques générales, les changements dans le sentiment des consommateurs, les prix des matières premières, la réglementation locale, les quotas sur les importations et la concurrence mondiale, et peuvent être soumises à des poursuites liées à des dommages environnementaux ou à des problèmes de sécurité.

La volatilité mesure le risque en utilisant la dispersion des performances pour un investissement donné.