A shot in the arm for the UK life sciences industry?

22/09/2017

Télécharger

​The UK government recently revealed its ambitious Life Sciences Industrial Strategy and pledged £146m to support health care-related projects. In this Q&A, Ethan Lovell, co-portfolio manager of the Janus Henderson Global Life Sciences Strategy, provides his take on these initiatives.

Earlier this year, Prime Minister Theresa May earmarked life sciences as one of five areas critical to the UK’s economic growth and commissioned a proposal on how to bolster the sector, especially as the country prepares to leave the European Union (EU). Last month, that proposal was released. The report – the Life Sciences Industrial Strategy – laid out an ambitious agenda, from launching a Health Advanced Research Programme that would fund new industries and high-risk ‘moonshot*’ projects, to establishing a migration system to recruit and retain highly skilled life sciences workers from the EU and beyond.

In tandem with the report’s release, Business Secretary Greg Clark pledged £146m of government money for a number of health care-related projects. Those projects include £30m for hospital-based centres that deliver cell and gene therapies to patients, and £66m for developing and manufacturing vaccines.

It is still early stages, but could these initiatives signal new opportunities for investors in the UK’s £64bn life sciences industry? We caught up with Ethan Lovell, co-manager of Janus Henderson’s Global Life Sciences Strategy, for his take on these developments.

Q. Generally, what is the impact of government-led support at a corporate level in life sciences?

A. Typically, governments will provide tax breaks, such as a research and development (R&D) tax credit. That way, expenses on the development side get sheltered and companies are enticed to invest. Governments might also write grants for scientific research that can have a practical impact on the industry – though the impact is usually realised many years down the road.

For example, let’s say you want to know more about gene therapy. You give the UK Medical Research Council (MRC) a big budget increase, and the MRC turns around and gives researchers at universities grants to purchase lab equipment and hire post-doctoral fellows. Then, universities do what is known as a tech transfer agreement with for-profit companies: essentially, universities license basic discoveries to pharmaceutical firms for further development, usually in exchange for royalties.

This process becomes accelerated when venture capitalists build an innovative medical start-up around promising research, or when private capital is attracted to an industry after government capital gets the ball rolling.

Q. The UK commissioned the report, in part, because of Brexit and the upcoming departure of the European Medicines Agency (EMA) from London. What impact could Brexit have on UK life sciences?

A. From a UK life sciences perspective, the biggest impact of Brexit is EMA’s move out of London. The agency’s departure could limit Britain’s role as a hub of scientific research, as well as a market for new drug launches. Drug and medical device approvals could also potentially slow – in both the UK and in the EU – as personnel are transferred and the relationship between the UK’s Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) and EMA is worked out. Currently, MHRA handles as much as a third of EMA’s regulatory workload.

Q. Gene therapy was highlighted as an area for investment. How much progress have UK firms made in this field and why is it such an exciting area of growth?

A. To date, the majority of gene therapy development is taking place in the US, so the UK has some catching up to do. One avenue might be for UK researchers to capitalise on the country’s expertise in vaccine development, improving upon exciting new combinations of gene therapy and immune modulation. There are now, for example, immune-based approaches to treating cancer, such as CAR-T cell therapy. In this process, the body’s T cells – which orchestrate the immune system’s response to infections – are harvested from a patient’s blood, genetically engineered to recognise and destroy specific cancer cells, multiplied in a laboratory, and then reintroduced into the bloodstream.

The US Food and Drug Administration recently approved the first CAR-T therapy for paediatric acute lymphoblastic leukemia, and, in August, Kite Pharma filed for approval in Europe to market a CAR-T therapy for certain types of lymphoma. However, these therapies are still in early stages and have limitations that could be improved upon (including the fact that the cells are modified outside of the body, which is time-consuming and relies on a patient having sufficient immune cells). In fact, down the road we could see the development of ‘off-the-shelf’ cancer vaccines that use immune cells from healthy individuals and that can be easily replicated.

Long term, gene therapy is an exciting area of growth because it addresses the short-term nature of many treatments. Today, most drugs are taken orally and, therefore, last only a few hours to a few days. With gene therapy, you are using genetic material to manipulate cells or infusing new cells in the body. These therapies can last days, weeks, months – even years – and have less toxicity than synthetic drugs. So you can take someone with a genetic defect and instead of giving her a drug every day for the rest of her life, you can fix the problem and it might last her lifetime.

 

Glossary:
*medical moonshot = a novel approach to a treating a significant health problem or addressing a previously unmet medical need, using breakthrough science/technologies.

Important information:
These are the manager’s views at the time of publication. The information in this article does not qualify as an investment recommendation. References made to a sector and its stocks do not constitute or form part of any offer or solicitation to issue, sell, subscribe or purchase them. Examples are intended for illustrative purposes only and are not indicative of the historical or future performance of a sector or its stocks, or the chances of success of any particular strategy.

The health care industries globally are subject to differing government regulation and reimbursement rates, as well as governmental approvals of products and services, which could have a significant effect on price and availability, and can be significantly affected by rapid obsolescence and patent expirations.
Foreign securities are subject to risks including currency fluctuations, political and economic uncertainty, increased volatility, lower liquidity and differing financial and information reporting standards, and may be magnified in emerging markets.

Les opinions exprimées ici sont celles de l'auteur au moment de la publication du présent document et peuvent différer de celles d'autres collaborateurs/équipes de Janus Henderson Investors. Les références à des titres, fonds, secteurs et indices au sein du présent document ne sauraient être interprétées comme une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Toutes les données de performance tiennent compte du revenu, des gains et des pertes en capital mais n'incluent pas les frais récurrents ou les autres dépenses du fonds.

La valeur d’un investissement et ses rendements peuvent augmenter ou diminuer et vous pourriez ne pas récupérer l’intégralité du montant investi à l’origine.

Les informations contenues dans cet article ne constituent pas une recommandation d'investissement.

A des fins promotionnelles.


Informations importantes

Veuillez consulter, ci-dessous, les informations importantes relatives aux fonds visés dans cet article.

Janus Henderson Global Life Sciences Fund

Destiné à l'usage unique des investisseurs institutionnels/avertis/autorisés et des distributeurs qualifiés.

Toutes les informations contenues dans le présent document sont fournies à titre d'information ou d'utilisation générale exclusivement et ne sont pas spécifiques aux besoins d'un client individuel. Les informations contenues dans le présent document sont présentées à titre de référence et ne sauraient être interprétées comme une offre, une invitation, recommandation ou un conseil en investissement ni servir de base à une prise (ou non) de décision.

Janus Henderson Capital Funds Plc est un OPCVM de droit irlandais appliquant le principe de séparation des engagements entre les compartiments. Il est porté à l’attention des investisseurs que tout investissement ne doit être effectué que sur la base du dernier Prospectus, qui contient des informations sur les commissions, frais et risques, lequel est disponible auprès de tous les distributeurs et agents payeurs et doit être lu attentivement. Un investissement dans le fonds ne convient pas à tous les investisseurs et n’est pas ouvert à tous les investisseurs dans toutes les juridictions, notamment aux ressortissants américains.Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs​​.​   Le taux de rendement peut varier et la valeur liquidative d’un investissement fluctuera en fonction de l’évolution des marchés et des taux de change.En cas de rachat, la valeur des actions peut être aussi bien supérieure qu’inférieure à leur prix initial.

Janus Henderson Group plc et ses filiales ne sauraient être tenus pour responsables de toute distribution illégale de tout ou partie du présent document à des tiers ou des informations reconstituées à partir du présent document et ne garantissent en aucun cas que les informations fournies sont exactes, complètes, ou à jour, et n'émettent aucune garantie quant aux résultats obtenus par suite de son utilisation. Comme pour tout investissement, il existe certains risques intrinsèques qu'il appartient à chaque individu de traiter.

La distribution du présent document ou des informations qu'il contient peut être limitée par la loi et ledit document ne saurait par conséquent être utilisé dans toute juridiction ou sous toute circonstance où son utilisation serait illégale.

Émis en Europe par Janus Capital International Limited (“JCIL”), autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni. Janus Capital International Limited (“JCIL”) est une entité enregistrée et opérant conformément à la législation du Royaume-Uni et Janus Capital Funds plc. est enregistrée conformément à la légalisation irlandaise.

​​Le prospectus (édition pour la Suisse), les statuts, le rapport annuel et semestriel, en allemand, peuvent être obtenus gratuitement auprès du représentant en Suisse: First Independent Fund Services Ltd (“FIFS”), Klausstrasse 33, CH-8008 Zurich, Suisse, tél: : +41 44 206 16 40, télécopie : +41 44 206 16 41, site Internet : ​​​http://www.fifs.ch​​​.​ L'agent payeur suisse est:  Banque Cantonale de Genève, 17, quai de l’Ile, CH-1204 Genève. ​Le dernier cours boursier est disponible sur ​​​www.fundinfo.com​​​.​ Pour les investisseurs qualifiés, institutionnels et clients intermédiés uniquement. En dehors de la Suisse, ce document est réservé à l’usage professionnel. La distribution ultérieure est interdite.

Cette présentation est strictement privée et confidentielle et ne peut en aucun cas être reproduite ou utilisée pour toute fin autre que l'évaluation d'un investissement éventuel dans les produits de Janus Capital International Limited ou l'obtention de ses services par le destinataire de cette présentation ou transmis à toute personne ou entité autre que le destinataire de cette présentation.

Il est possible que cet appel soit enregistré pour notre protection mutuelle, pour des raisons réglémentaires ou afin d’améliorer notre qualité de service.

Janus Capital Management LLC agit en tant que conseiller en investissement. Janus, Intech et Perkins sont des marques déposées de Janus International Holding LLC. © Janus International Holding LLC. ​Pour plus d'informations ou pour trouver les coordonnées du représentant de Janus dans votre pays, veuillez consulter le site ​​​www.janushenderson.com​​​.​

Risques spécifiques

  • Ce fonds est uniquement destiné à être utilisé comme l'un des composants d'un portefeuille diversifié. Les investisseurs doivent évaluer avec soin la portion de leur portefeuille qu'ils souhaitent investir sur ce fonds.
  • ​Si un Fonds est fortement exposé à un pays ou une région donné il comporte un niveau de risque plus élevé qu’un Fonds plus largement diversifié.
  • ​Le Fonds peut utiliser des produits dérivés afin de réduire les risques ou de gérer le portefeuille de façon plus efficiente. Cette méthode peut toutefois introduire d’autres risques, en particulier le risque qu’une contrepartie participant à une opération sur des produits dérivés ne respecte pas ses obligations contractuelles.
  • Les actions peuvent rapidement perdre de la valeur, et comportent traditionnellement des risques plus élevés que les obligations ou les instruments du marché monétaire. La valeur de votre investissement pourrait par conséquent chuter.
  • Si le Fonds détient des actifs dans des devises autres que la devise de base du Fonds ou si vous investissez sur une catégorie d’actif ayant une devise différente à celle du Fonds (à moins que celle-ci ne soit « couverte »), la valeur de votre investissement pourrait être affectée par la fluctuation des taux de change.
  • Le Fonds met l’accent sur des industries ou des thèmes d’investissement particuliers et pourrait être fortement impacté par des facteurs tels que l’évolution de la réglementation gouvernementale, l’intensification de la concurrence des prix, les progrès technologiques et d’autres événements défavorables.
  • ​Les actions de petites et de moyennes sociétés peuvent être plus volatiles que les actions de sociétés plus importantes et il peut, parfois, être difficile de valoriser ou de céder ces actions à un moment et au cours souhaité, augmentant le risque de pertes.

Notation du risque

Partager

Un message important